Les Cochons sont lâchés

Romain avait du mal à le considérer comme un voyeur pervers, un type qui prenait son pied en regardant baiser ses voisins. Mais alors, que voulait-il ? Pourquoi avoir renié tous les principes qu'il avait contribué à énoncer ? Et surtout, depuis quand avait-il développé les capacités prédictives de l'algorithme ?
Stéphane Furlan - Couru d'avance
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 28 octobre

Contenu

Roman - Policier

Les Cochons sont lâchés

Assassinat MAJ jeudi 07 avril 2011

Note accordée au livre: 5 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6 €

San-Antonio
François Boucq (illustrateur de couverture)
Paris : Fleuve noir, mars 2011
248 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-265-09315-7
Coll. "San-Antonio", 148

Rabelais battu à plate couture

Considéré par de nombreux lecteurs comme le meilleur San-Antonio des années 1990, Les Cochons sont lâchés est assurément un roman hors-normes qui a tout pour plaire... ou pour déplaire.
L'intrigue est bien ficelée, efficace et rigoureuse, sans pour autant être d'une originalité folle : Berthe Bérurier et son amant Alfred s'offrent une escapade amoureuse en Argentine. Pendant cette lune de miel, Alfred tombe dans un traquenard et se retrouve accusé du meurtre d'une jeune femme. Berthe n'a d'autre ressource que d'appeler son mari à la rescousse, seulement accompagné de l'indispensable Pinaud, San-Antonio étant en vacances.
On le voit, ce titre est déjà unique car c'est le seul de la série dans lequel San-Antonio est absent. Entièrement raconté à la troisième personne, on a l'impression que Béru, Pinaud et l'auteur, comme affranchis de l'ombre tutélaire du commissaire, se lâchent comme jamais auparavant.
Et c'est là le deuxième intérêt des Cochons sont lâchés : sa démesure. Dans la grivoiserie, la scatologie, le graveleux, l'improbable, l'absurde... Il n'est pas une page de ce livre qui ne comporte au moins une allusion au membre béruréen ou aux intestins pinulciens. L'enquête sera bien sûr résolue, mais elle le sera essentiellement grâce à l'organe du Gros, véritable instrument divin qui ouvre toutes les portes, aplanit tous les obstacles et guide nos deux compères à travers les péripéties les plus folles.
Vous l'aurez compris, une telle débauche ne peut laisser le lecteur indifférent. Comme le dirait Bérurier en certaines occasions, ça passe ou ça casse...

Citation

Mais non, tu t'goures ! Le trou qu'tu t'escrimes, c'est pas ma chatte, c't'un pli d'ma cuisse !

Rédacteur: Maxime Gillio mercredi 06 avril 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page