Tijuana Straits

En général, le maire sait comment les gens votent. Ça ne varie pas beaucoup d'une élection à l'autre. Ici, les opinions politiques se transmettent de père en fils.
Martin Walker - Meurtre en Périgord
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Leur domaine
À Os, en Norvège, Roy gère l'unique station service de cette petite ville désertée qui ne vit plus qu...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 30 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Tijuana Straits

Économique - Politique - Écologique MAJ mercredi 13 avril 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 21 €

Kem Nunn
Tijuana Straits - 2004
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Natalie Zimmermann
Paris : Sonatine, décembre 2010
358 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-35584-041-8

Actualités

  • 24/04 Jeux: Concours polar sur VendrediLecture
    VendrediLecture vous propose de partager chaque vendredi vos lectures et d'en discuter. Pour ce faire, il y a un blog, une page Facebook et un compte Twitter.
    Pour son premier anniversaire, VendrediLecture organise un concours par semaine pendant ce mois d'avril. Pourquoi nous en parlons-vous seulement maintenant alors que le mois touche à sa fin ? Tout simplement parce qu'en cette dernière semaine le roman policier est à l'honneur.
    10-18, 13e Note, Actes sud, Asphalte, L'Atelier in8, Books éditions, J'ai lu, Jigal et Corsaire éditions y vont pour l'occasion de leurs lots. Des livres variés en exemplaires variés. La plupart chroniqués en nos pages. Le principe est simple : vous laissez vos nom et prénom accompagnés de votre mail. Vous avez par la suite un questionnaire à choix multiple qui, comme le veut la tradition sur Internet, n'est pas trop compliqué. Après, un tirage au sort sera effectué. Vous devez répondre avant jeudi 26 avril à minuit. Il y a 56 ouvrages à gagner. Il n'est a priori nulle part fait mention du nombre de lauréats ni des lots mais comme de toute façon il vous faudra compter sur la chance !
    Pour vous allécher quelque peu, voici la liste des ouvrages en jeu : Tijuana Straits, de Kem Nunn, Cheyenne en automne, de Willy Vlautin, Mille petites falaise, de Shaugnessy Bishop-Stall, Le Baptême de Billy Bean, de Roger Alan-Skipper, Un café maison, de Keigo Higashino, Delhi Noir, collectif, Parures, de Franz Bartelt, La Fin des punks à Helsinki, de Jaroslav Rudiš, Sans laisser de traces, de Val McDermid, Le Cramé, de Jacques Olivier Bosco sans compter l'intégralité de la collection "Pavillon noir" chez Corsaire éditions...
    Alors... Faites vos jeux !

    Lien vers le concours de VendrediLecture
    Liens : Sans laisser de traces |Le Cramé |Jacques Olivier Bosco |Val McDermid |Kem Nunn |Keigo Higashino

  • 23/03 Édition: Parutions de la semaine - 23 mars
  • 02/12 Prix littéraire: La rédaction de Lire choisit Guerre sale et Tijuana Straits
  • 27/06 Prix littéraire: Sélection 2011 du GPLP

Chemical murders

Sam Fahey est un ancien surfeur. De ceux qui ont osé affronter le Mystic Peak la plus grosse vague qui balaie les côtes de la Californie, dans les passes de la Tijuana. Mais voilà Fahey est aussi un ancien taulard, un ancien fils de moins que rien, un ancien pas mal de trucs pas spécialement positifs qui n'hésite pas à prendre deux-trois pilules illégales accompagnées d'un pack de bière pour trouver le sommeil et un peu de sérénité. Sa vie, il la gagne en élevant des vers dans le jardin de l'ancienne ferme familiale et en acceptant des petits boulots quand l'occasion s'en fait sentir. C'est ce qui se passe le jour où il est à l'embouchure de la Tijuana, à deux pas de la frontière, pour flinguer quelques chiens errants qui menacent les nids de volatiles protégés. Ce jour-là, il sauve des oiseaux en voie de disparition et une jeune femme sortie miraculeusement de l'eau, à bout de force, le visage tuméfié. Celle qu'il prend pour une clandestine est en fait une jeune mexicaine qui n'a de cesse de monter des dossiers contre les grands magnats de l'industrie qui construisent des usines qui polluent même après leur désaffection. Elle est pourchassée, laissée pour morte et de nouveau pourchassée. Évidemment, Fahey va tout faire pour la protéger, évidemment elle va en tomber amoureuse, évidemment, ceux qui sont à sa poursuite n'ont que faire de sentiments amoureux.

Kem Nunn décrit un monde noir, pollué, une sorte de no man's land entre le Mexique et les États-Unis, sans espoir, où le tout blanc n'existe pas vraiment, où le tout noir trouve ses racines dans des usines qui tuent les femmes et les enfants et détruisent les maris et les pères, prêts à tirer sur tout ce qui bouge pour exprimer leur douleur. Il sait exploiter les rapports douloureux entre les pays industrialisés et les pays pauvres qui doivent accepter, se taire, se laisser mourir et qui voient leurs population prendre des risques inconsidérés pour passer une frontière vers un monde apparemment meilleur. Un roman dont le rythme s'accélère à mesure que l'on s'enfonce, qui emporte le lecteur comme le Mystic Peak : on se prend des tonnes d'eaux polluées sur le crâne, on va toucher le fond, mais il y a toujours cette lumière, un peu plus haut, qui nous dit que l'on peut s'en sortir. Et l'on s'en sort, un peu essoufflé, mais on s'en sort.


On en parle : L'Indic n°9

Nominations :
Grand prix de la littérature policière - roman étranger 2011
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2011
Trophée 813 Michèle Witta du roman étranger 2012

Citation

Jusque-là, Armando avait cru que si Chico se servait de la machette au lieu du revolver, c'était pour affirmer une virilité triomphante, mais son appel lui fit comprendre que cet imbécile avait tout simplement perdu son arme dans l'eau, et il le traita de connard et de bouffon.

Rédacteur: Gilles Marchand jeudi 22 septembre 2011
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page