Nager sans se mouiller

Sur place, il récupéra ses effets personnels et plutôt qu'effacer tous les endroits qu'il avait pu toucher, il arrosa d'essence le véhicule et lança une allumette près des pneus arrière.
Collectif - Les Sept œuvres de miséricordes
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tokyo revisitée
1949. Tokyo est occupée par l'armée américaine à la suite de la défaite du Japon. Dans cette métropol...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 06 juillet

Contenu

Roman - Noir

Nager sans se mouiller

Tueur à gages MAJ mercredi 27 octobre 2010

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21,8 €

Carlos Salem
Matar y guardar la ropa - 2008
Traduit de l'espagnol (Argentine) par Danielle Schramm
Arles : Actes Sud, 0000
298 p. ; 21 x 13 cm
ISBN 978-2-7427-9246-7
Coll. "Actes Noirs"

Actualités

  • 16/09 Édition: Parutions de la semaine - 16 septembre
    Inutile d'y aller par quatre chemins ! Les parutions de la semaine sont asphyxiées par Harlan Coben : en grand format avec Remède mortel, la nouveauté de chez Belfond, en poche chez Pocket qui réédite dans une nouvelle édition l'intégralité de ses romans, et en gros caractères, enfin, chez Feryane avec Faute de preuves.
    Mais il serait dommage de se limiter à ces thrillers alors que des romans d'Olivier Bordaçarre, Laura Lippman et Carlos Salem pointent le bout de leur nez, et qu'en poche se découvrent ceux de Jean-François Vilar ou même Francisco Gonzalez Ledesma. Signalons également la résurrection de la maison d'édition L'Écailler (anciennement du sud) avec deux romans de Marie Neuser et Noël Simsolo.
    Comme d'habitude, vous restez maîtres de vos choix...

    Grand format :
    La Force tranquille, de Olivier Bordaçarre (Fayard, "Noir")
    Remède mortel, de Harlan Coben (Belfond, "Noir")
    Un corbeau au presbytère, de Caroline Graham (Pygmalion, "Policiers")
    Printemps, de Mons Kallentoft (Le Serpent à plumes, "Serpent noir")
    L'Arbre au poison, de Erin Kelly (Jean-Claude Lattès)
    L'Évangile selon Francy, de Amanda Lind (First, "Thriller")
    Tes dernières volontés, de Laura Lippman (Le Toucan)
    Pilleurs d'amphores, de Gérard Loridon (Presses du Midi)
    Force brute, de Andy McNab (Nimrod)
    Flétrissure, de Nele Neuhaus (Actes sud, "Actes noirs")
    Je tue les enfants français dans les jardins, de Marie Neuser (L'Écailler)
    Une si petite mort, de P. J. Parrish (Calmann-Lévy, "Robert Pépin présente")
    Lieutenant Eve Dallas. 19-20, Visions du crime ; Sauvé du crime, de Nora Roberts (J'ai lu, "J'ai lu grand format")
    L'Honneur d'Edward Finnigan, de Anders Roslund & Börge Hellström (Presses de la Cité, "Sang d'encre")
    Je reste roi d'Espagne, de Carlos Salem (Actes sud, "Actes noirs")
    Bob Dylan et le p'tit quinquin, de Noël Simsolo (L'Écailler)
    Rouge Connemara, de Seamus Smyth (Fayard, "Noir")
    Séquestrée, de Chevy Stevens (L'Archipel)
    Dernière piste, de Taylor Stevens (Presses de la Cité, "Sang d'encre")

    Poche :
    Gurs 10.39, de Patrick Amand (Le Caïman)
    Blackburn, de Alex Barclay (J'ai lu, "Policier")
    Désordre du Tempe, d'Alain Blocier (Krakoen, "Forcément noir")
    Balle de match, de Harlan Coben (Pocket, "Noir")
    Une chance de trop, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Dans les bois, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Disparu à jamais, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Faux rebond, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Innocent, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Juste un regard, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Mauvaise base, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Ne le dis à personne, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Peur noire, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Promets-moi, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Rupture de contrat, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Du sang sur le green, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Sans un adieu, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Sans un mot, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    Temps mort, de Harlan Coben (Pocket, "Thriller")
    La Princesse du Burundi, de Kjell Eriksson (Babel, "Noir")
    La Vie de nos morts, de Francisco Gonzalez Ledesma (Rivages, "Noir")
    Les Vents mauvais, de Michael Marshall (J'ai lu, "Thriller")
    Le Chant des sirènes, de Val McDermid (J'ai lu, "Thriller")
    Dans la vallée de l'ombre de la mort, de Kirk Mitchell (Folio, "Policier")
    Le Sixième commandement, de William Muir (Folio, "Policier")
    Le Seigneur de la mort, de Eliot Pattison (10-18, "Domaine policier")
    Le Bar parfait, de Jean-Bernard Pouy (Atelier in 8, "PolaroId")
    Frères de sang, de Richard Price (10-18, "Domaine policier")
    Nager sans se mouiller, de Carlos Salem (Babel, "Noir")
    Petite musique de la mort, de Frank Tallis (10-18, "Grands détectives")
    Djemila, de Jean-François Vilar (Folio, "Policier")

    Grands caractères :
    Faute de preuves, de Harlan Coben (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Les Silences de Margaret, de Paul Couturiau (Feryane Livres en gros caractères, "Roman")
    Tu l'aimais quand tu l'as fait ? de Hélène Couturier (Feryane Livres en gros caractères, "Détente")
    L'Oiseau de mauvais augure, de Camilla Läckberg (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Arrêtez-moi là ! de Iain Levison (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    L'Importance d'être impuissant, d'Alexander McCall Smith (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    La Révélation de Noël, de Anne Parry (La Loupe)
    Portobello, de Ruth Rendell (À vue d'œil, "Collection 16-17")
    Les Caves du Majestic, de Georges Simenon (La Loupe, "Policier")
    Guerre sale, de Dominique Sylvain (Feryane Livres en gros caractères, "Policier")
    Liens : L'Oiseau de mauvais augure |Frères de sang |Les Caves du Majestic |Guerre sale |Séquestrée |Patrick Amand |Antoine Blocier |Olivier Bordaçarre |Mons Kallentoft |Camilla Läckberg |Iain Levison |Alexander McCall Smith |Val McDermid |Anne Perry |Jean-Bernard Pouy |Richard Price |Ruth Rendell |Carlos Salem |Georges Simenon |Taylor Stevens |Dominique Sylvain |Frank Tallis |Chevy Stevens |Amanda Lind

  • 22/11 Radio: La rentrée d'Ondes noires
  • 15/11 Prix littéraire: Premiers prix Paris noir

Mon tueur chez les nudistes

Juanito Pérez Pérez, tueur à gages, se retrouve dans un beau sac d'embrouilles : la veille de partir en vacances à la plage avec ses gamins (Pérez est divorcé), ses patrons le chargent d'une mission : surveiller un "colis". Surveiller un "colis", dans le métier, c'est noter les habitudes d'une future victime pour que le tueur s'en occupe. Vu sa position Pérez, un des meilleurs tueurs de sa boîte, se demande pourquoi on lui file ce taf. C'est lui, le tueur. Mais ce que la hiérarchie veut... Il embarque donc ses gamins (au courant de rien, évidemment) pour aller loger la victime qui se trouve elle aussi être en vacances dans un camping naturiste cinq étoiles ! Là, les ennuis de Pérez vont commencer car la personne à surveiller – un mort en puissance, n'oubliez pas – se retrouve être soit son ancienne femme, soit son nouvel ami, qui n'est autre que le juge incorruptible Gaspar Beltran. Ajoutez au tableau l'ancien ami d'enfance – qui a perdu un œil et une jambe à cause de lui –, qu'il retrouve après quinze ans, et qui, une fois de plus, a des problèmes dont Pérez va être obligé de se charger...
Eh bien malgré tout ça vous n'aurez qu'une vue partielle de ce roman haut en couleurs où l'humour côtoie de grandes questions existentielles. Carlos Salem est un virtuose. Il nous avait bluffé avec Aller simple (qui ressort ce même mois en "Babel noir"), il confirme tout le bien qu'on pensait de lui avec ce texte beaucoup plus profond que la situation qui tient de point de départ ne le laisse présager. En effet, en partant d'un comique qui fait assez théâtre de boulevard (à chaque paragraphe une nouvelle personne entre en jeu), il bascule sur de grandes réflexions (principalement celle de l'identité) particulièrement bien traitées. Le tout en finesse, avec brio, humour et action... un pur régal.


On en parle : La Tête en noir n°147 |Alibi n°1

Nominations :
Grand prix du balai d'or 2011

Citation

Mais jamais je n'aurais imaginé le rencontrer là, à poil, le sourire jusqu'aux oreilles, et sortant à quatre pattes d'une tente après avoir baisé mon ex-femme.

Rédacteur: Christophe Dupuis vendredi 22 novembre 2013
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page