À la recherche d'Hemingway

Nommer une chose, c'est attirer son attention. La nommer correctement, c'est la rendre réceptive. C'est pour cela que la magie est si particulière. Elle réclame de connaitre les noms des choses et de savoir les charmer, avant même de songer à les utiliser. Ces noms, on les découvre en tâtonnant, en faisant fonctionner son intuition et son intelligence.
Erik L'Homme - A comme Association. 1, La Pâle lumière des ténèbres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 25 février

Contenu

Roman - Espionnage

À la recherche d'Hemingway

Politique - Enquête littéraire MAJ jeudi 28 mars 2013

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Leif Davidsen
På udkig efter Hemingway - 2008
Traduit du danois par Monique Christiansen
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, février 2010
334 p. ; 24 x 13 cm
ISBN 978-2-84720-157-4
Coll. "Polar"

Espion malgré lui

John Petersen professeur d'espagnol danois, vit mal son veuvage récent et décide de faire un pèlerinage qu'à l'époque sa femme trouvait stupide : partir sur les traces d'Hemingway. L'histoire commence dans un cimetière américain : il fait chaud, Petersen a un léger malaise et s'écroule entre deux tombes. Carlos Guteriez, émigré cubain, interdit de séjour dans son pays qui était à ses côtés, lui donne de l'eau et ils commencent à parler du grand romancier américain pour qui ils se découvrent une passion commune. Ils se revoient régulièrement pendant une semaine jusqu'au jour où, apprenant que Petersen part à Cuba, Guteriez lui demande un service : il a une fille qui vit toujours à La Havane et dont il n'a plus de nouvelles depuis longtemps. Guteriez se sent vieux, il ne sait pas pour combien de temps il en a et il lui demande de faire passer un message à sa fille. Tout paraît simple, mais les choses vont se corser lorsque Petersen va se faire approcher par la CIA avant son départ. On ne lui demande rien de particulier, jouer son rôle de touriste entiché de littérature, remettre le message à la fille de Carlos et en délivrer un autre...
Si Guteriez lisait des polars, il saurait qu'il faut se méfier de la CIA lorsqu'elle vous dit que votre couverture est parfaite… Changement de ton et de décor pour Leif Davidsen, qui explore La Havane avec une traque castriste et amoureuse sur les traces du grand Hemingway. Le livre, calé sur les flâneries de Petersen, est calme, avec une belle accélération finale. De la littérature au contexte politique, tout est minutieusement décrit – une des marques de fabrique de l'auteur – et le rebondissement narratif avec les écrits d'Hemingway ravira les fans de littérature.

Citation

Vous parlez espagnol, vous êtes touriste, vous êtes un pèlerin d'Hemingway, ce qui est la meilleure couverture du monde, à Cuba. En outre, vous vous ennuyez et vous avez envie de voir si la vie peut toujours faire bouillir le sang dans vos veines.

Rédacteur: Christophe Dupuis mardi 19 octobre 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page