k-libre - auteur - James Mallahan Cain

Sur la droite, la mer semble pousser la ligne d'horizon. Elle court porter sur la côte ouest des États-Unis ce cri d'amour qui m'étrangle.
Patrice Guirao - Crois-le !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Nuit tombée sur nos âmes
Wag est un militant de gauche qui participe aux manifs. Mais il a commis un acte délictueux, ce qui le re...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 21 septembre

Contenu

James Mallahan Cain

MAJ dimanche 01 juillet 2012
© D. R.

Biographie James Mallahan Cain


Naissance à Annapolis le 01 juillet 1892.
Mort à Hyattsville le 27 octobre 1977.
James Mallahan Cain a été enseignant en anglais et en mathématiques au Washington College. En 1918, mobilisé, il part en France. Il devient rédacteur du Lorraine Cross, le journal officiel de la 79e Division. Journaliste et scénariste, il a attendu d'avoir quarante-deux ans avant de proposer sa première nouvelle à un magazine littéraire. Son histoire littéraire commence alors. En 1934, avec Le Facteur sonne toujours deux fois, il inaugure une série de dix-neuf romans noirs.


On en parle : La Vache qui lit97 (Article)

Bibliographie*

Romancier :

Scénario inspiré de son œuvre :

Actualité

  • 01/10 Radio: Ondes Noires - saison 15
  • 09/07 Cinéma: Rétrospective Billy Wilder
  • 19/07 Presse: Martin Winckler évoque Edward D. Hoch
    Le 20994e numéro du Monde daté du vendredi 20 juillet propose dans sa rubrique "Été des livres" de donner la parole à un écrivain afin qu'il "évoque un trésor caché de sa bibliothèque". Le premier à la prendre n'est autre que Martin Winckler, à jamais catalogué romancier de La Maladie de Sachs. Sa maladie à lui, plutôt chronophage, est son addiction aux séries américaines (ne lui parlez pas des françaises, il les abhorre), mais là n'est pas le sujet. Avec trois-quarts de page mis à sa disposition, Martin Winckler raconte sa passion pour les nouvelles appréhendées dans les Hitchcock Magazine, qu'il piquait à sa mère. Aussi n'est-il pas surprenant que l'ouvrage qu'il déniche pour l'occasion dans sa bibliothèque est un recueil de nouvelles d'Edward D. Hoch, Les Chambres closes du Dr. Hawthorne. Qui plus est lorsqu'il avoue avoir un faible pour les meurtres impossibles (il rend d'ailleurs en une mise en abyme un hommage appuyé à Roland Lacourbe, qui fit nombre d'anthologies du genre). Ceux que l'on retrouve principalement dans ces mystérieuses chambres closes - fort éloignées des maisons du même type. D'Edward D. Hoch, Martin Winckler dit qu'il est marquant et attachant avec "son style sec et efficace, ses constructions diaboliques, son intelligence et son humour noir délectables". Il le rapproche de William Irish, autre maitre incontesté de la nouvelle noire américaine, et de James Mallahan Cain. Enfin, il s'attarde sur le personnage d'Ed Hoch, médecin de campagne (évidemment que la proximité s'imposait), protagoniste de soixante-douze enquêtes.
    Évidemment, comme il n'y a rien sans rien, signalons également que Martin Winckler a fait récemment paraitre au Fleuve noir Les Invisibles.

    Les Chambres closes du Dr. Hawthorne, d'Edward D. Hoch. Anthologie présentée par Roland Lacourbe. Traduit de l'américain par Danièle Grivel (Rivages, "Mystère"  n° 34 - 436 p. ; 10,65 €.).
    Les Invisibles, de Martin Winckler (Fleuve noir, "Thriller" - 278 p. ; 19,77 €.).

    Liens : Martin Winckler |William Irish |Roland Lacourbe

  • 16/10 Bibliothèque: Un drôle de comité à Lectoure
* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page