k-libre - auteur - Julien Tauber

Tu ne le sais pas, mais le bonheur est toujours une illusion. C'est un rêve qu'on poursuit, et la vie n'est rien d'autre que cette poursuite. Pour les autres, pas pour moi. Je n'ai rien à poursuivre
Maurizio De Giovanni - Des phalènes pour le commissaire Ricciardi
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Aucune terre n'est promise
Écrivain de polar et de fantasy ayant connu un succès modéré, Lior Tirosh fuit les ruines de son mariage ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 04 mars

Contenu

Julien Tauber

MAJ lundi 02 décembre 2013
© D. R.

Biographie Julien Tauber


Naissance à Paris le 30 avril 1979.
Julien Tauber aime trouver le récit qui correspond au moment et à l'endroit, quitte à l'inventer. Il s'amuse souvent à confronter des mythes anciens à des œuvres contemporaines, à détourner l'Histoire pour y faire entrer ses fictions, à s'appuyer sur un détail du lieu, sur une réaction du public ou sur une inspiration subite pour déjouer la frontière entre le spectacle et la conversation.
En parallèle à une formation d'historien, il se plonge dans les arts de la parole avec pour guides Moussa Lebkiri, Pepito Matéo, Jean-Claude Desprez, Bruno de La Salle au sein de l'atelier Fahrenheit du Centre de Littérature Orale de Vendôme. En 2003, il rejoint le Labo sous le patronage d'Abbi Patrix au sein de La Maison du Conte de Chevilly-Larue.
Son travail est récompensé en 1999 par le prix du public du Grand Prix des Conteurs, et il reçoit en 2009 la médaille de bronze, dans la catégorie "Contes et conteurs" aux Jeux de la Francophonie à Beyrouth.
Il présente régulièrement des visites contées au sein de plusieurs musée (Mac/Val, Maison Rouge et Gaîté Lyrique). Pour la Cinémathèque française, il crée des récits en lien avec les expositions depuis 2005 (Renoir/Renoir, Passion Cinéma, Expressionnisme allemand, Méliès, Lanternes magiques, Tim Burton et Jacques Demy).
En 2010, il est accueilli à la Maison du Conte de Chevilly-Larue, pour une résidence sur le territoire de la ville dans l'univers du western puis, en 2013, pour une résidence dans un lycée autour de la mythologie grecque avec la plasticienne Lucile Hamon.
S'attaquant au polar par le biais d'un personnage récurrent qui a marqué la littérature française des années 1990-2000, il écrit pour la Compagnie du Cercle, Le Poulpe, un conte interprété par Abbi Patrix en 2013. Parallèlement, il fabrique avec le plasticien Yan Stéfan une exposition-contée, Les Taiseux(ses).
L'avenir se conjugue à la mythologie grecque avec la plasticienne Lucile Hamon pour une exposition, Transports amoureux, qui verra le jour en 2014, et imagine une visite contée autour de cette exposition avec la conteuse Cécile de Lagillardaie, en participant au projet Grand Dire, initié par la Maison du Conte de Chevilly-Larue, et en cherchant un chemin d'improvisation dans ces récits anciens avec la saxophoniste Alexandra Grimal.
Il se prépare, avec le conteur Sami Hakimi, à la nouvelle exposition de la Cinémathèque française sur le personnage d'Henri Langlois, tandis qu'ils continuent de tourner les spectacles tirés de celles sur Tim Burton et Jacques Demy. Il cherche les récits à confronter aux œuvres de Renaud Auguste-Dormeuil au Mac/Val de Vitry-sur-Seine. Il continue, par ailleurs, de se rendre régulièrement à la Gaîté Lyrique et à la Maison Rouge et d'en proposer des traversées particulières.


* Bibliographie actuellement recensée sur le site



publicité

Pied de page