Grand Prix de la critique ACBD 2015

Disparaitre : s'en aller sans avertir ni donner d'explication, devenir invisible, cesser d'exister.
Lisa Unger - Et surtout ne te retourne pas...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 11 décembre

Contenu

Grand Prix de la critique ACBD - 2015

MAJ 09 décembre 2014
Moi, assassin

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Public averti

Prix: 19,9 €
Keko, Antonio Altarriba
Art de tuer
Enrique Rodríguez Ramírez est un universitaire et historien d'art basque qui tue pour passer le temps. Ses crimes, il les veut gratuits avec un modus operandi à chaque fois différent ce qui, affir...
Lire la suite

Historique du prix

Le Grand Prix de la critique ACBD, lancé en 1984, entend "soutenir et mettre en valeur, dans un esprit de découverte, un livre de bande dessinée, publié en langue française, à forte exigence narrative et graphique, marquant par sa puissance, son originalité, la nouveauté de son propos ou des moyens que l’auteur y déploie". Pour se faire, l'Association des Critiques de Bande Dessinée procède en six étapes (dont une pendant le festival BOUM à Blois) pour sélectionner au cours de l'année les titres en lice. Chacun des membres actifs à jour de sa cotisation a le droit au chapitre, et peut défendre ses chouchous avec verve au cours de débats animés. Chaque année, les jurés avoisinent le nombre de quatre-vingts pour un prix qui au fil des ans a changé de nom : "Prix Bloody Mary (du nom du premier album primé) de 1985 à 1998, puis Prix de la Critique de 1999 à 2003. Depuis 2004, il porte l'appellation déposée Grand Prix de la Critique". En 1984, avec cette bande dessinée Bloody Mary, Jean Teulé et Jean Vautrin avaient posé les jalons du noir dans lequel Pascal Rabaté allait s'engouffrer par deux fois. Le prix quoique généraliste a en effet bien souvent récompensé des bandes dessinées de mauvais genres (n'est-ce pas Chloé Cruchaudet ?). Il est dévoilé en décembre de chaque année et traditionnellement remis au(x) lauréat(s) en janvier à la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image d'Angoulême. Le nouveau lauréat reçoit alors un dessin ou une autre création du lauréat précédent.

Palmarès :
2015 : Moi, assassin, d'Antonio Altarriba & Keko (Denoël Graphic)
2014 : Mauvais genre, de Chloé Cruchaudet (Delcourt)
2013 : L'Enfance d'Alan, d'Emmanuel Guibert (L'Association)
2012 : Polina, de Bastien Vivès (Casterman-KSTR)
2011 : Asterios Polyp, de David Mazzucchelli (Casterman)
2010 : Dieu en personne, de Marc-Antoine Mathieu (Delcourt)
2009 : Tamara Drewe, de Posy Simmonds (Denoël Graphic)
2008 : Seules contre tous, de Miriam Katin (Le Seuil)
2007 : Les Petits ruisseaux : sex, drug and rock'n roll, de Pascal Rabaté (Futuropolis)
2006 : Les Mauvaises gens : une histoire de militants, d'Étienne Davodeau (Delcourt)
2005 : Blankets : manteau de neige, de Craig Thompson (Casterman)
2004 : La Grippe coloniale. 1, Le Retour d'Ulysse, de Serge Huo-Chao-Si & Appollo (Vent d'Ouest)
2003 : Jimmy Corrigan, de Chris Ware (Delcourt)
2002 : Un mode de différence, de Howard Cruse (Vertige Graphic)
2001 : From Hell : une autopsie de Jack l'Éventreur, de Eddie Campbell & Alan Moore (Delcourt)
2000 : L'Art invisible, de Scott McCloud (Vertige Graphic)
1999 : Azrayen'. 1, de Lax & Frank Giroud (Dupuis)
1998 : Un ver dans le fruit, de Pascal Rabaté (Vents d'Ouest)
1997 : Il faut y croire pour le voir, d'Alain Bignon & Jean-Claude Forest (Dargaud)
1996 : L'Histoire du conteur électrique, deFred (Dargaud)
1995 : L'Argent roi, de Thiery Groensteen, Edmond Baudoin, Federico Del Barrio, F'Murr & Thomas Off (Autrement)
1994 : Adam Sarlech. 3, Le Testament sous la neige, de Frédéric Bézian (Ls Humanoïdes associés)
1993 : Le Bar du vieux Français. 1, de Jean-Philippe Stassen & Denis Lapière (Dupuis)
1992 : La Bretelle ne passera pas !, de Jean-Luc Abiven (Rackham)
1991 : Les Lumières de l'Amalou. 1, Théo, de Claire Wendling & Christophe Gibelin (Delcourt)
1990 : Le Ventre du minotaure, de Fred Beltran (Les Humanoïdes associés)
1989 : Adler. 2, Le Repaire du Katana, de René Sterne (Le Lombard)
1988 : Stars d'un jour, de Didier Tronchet (Delcourt)
1987 : Jacques Gallard. 2, Soviet Zig-Zag, de Jean-Louis Tripp & Marc Barcelo (Milan)
1986 : Le Bal de la sueur, de Cromwell & Riff Reb's (EDS)
1985 : Les Pionniers de l'aventure humaine, de François Boucq (Casterman)
1984 : Bloody Mary, de Jean Teulé & Jean Vautrin (Glénat)

Sélection et palmarès 2015

"Moi, assassin est l'histoire cruelle et pathétique d'un professeur d'esthétique englué dans les rivalités académiques et devenu tueur en série pour appliquer ses théories radicales sur l'assassinat considéré comme l'un des beaux-arts", rappelle l'ACBD, qui consacre ainsi, souligne-t-elle, "un polar urbain amoral, qui brosse un portrait acide de l'Espagne contemporaine, notamment confrontée à la question basque, et porte une réflexion brillante sur la représentation de la beauté du monde." Avec un tel panégyrique, il était difficile de ne pas décerner à cette très bonne bande dessinée d'Antonio Altarriba et Keko le Grand Prix de la critique ACBD 2015. Ce qui a été fait par les quatre-vingt-quatre membres à jour de leur cotisation de l'Association des Critique de Bande Dessinée à partir d'une sélection de cinq ouvrages qui bien souvent sont à la frontières de genres k-librés. Les deux auteurs recevront en janvier à la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image d'Angoulême une œuvre de Chloé Cruchaudet, lauréate 2014 pour Mauvais genre (Delcourt), comme le veut la tradition.

Sélection 2015 :
- Blast. 4, Pourvu que les Bouddhistes se trompent, de Manu Larcenet (Dargaud) ;
- Cœur glacé, de Johan De Moor & Gilles Dal (Le Lombard) ;
- La Lune est blanche, d'Emmanuel Lepage & François Lepage (Futuropolis) ;
- Ulysse, les chants du retour, de Jean Harambat (Actes Sud BD) ;
- Moi, assassin, d'Antonio Altarriba & Keko (Denoël Graphic).

Liste des ouvrages lauréats

Moi, assassin

Par Julien Védrenne

Pied de page