Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2013

La RealiSim, c'est en somme le visage moderne du divertissement pascalien, le dernier artifice qu'a imaginé le siècle pour nous faire oublier notre condition. Si l'on estime peu raisonnable de passer tout le jour dans un univers qui n'existe pas, c'est que l'on ne connaît guère la nature humaine, dirait aujourd'hui le philosophe. Les métavers ne nous garantissent pas de la mort et de la misère, ils nous dispensent d'avoir à y penser, l'espace de quelques heures. En cela, ils fournissent à une poignée de firmes transnationales leur légitime raison d'être : nous vendre du rien.
Frédéric Delmeulle - In Cloud We Trust
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 11 décembre

Contenu

Prix Mystère du Meilleur roman étranger - 2013

MAJ 26 avril 2013
Le Diable, tout le temps

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,3 €
Donald Ray Pollock
Dieu nulle part
À Knockemstiff, Ohio, comme dans beaucoup de coins reculés en Amérique, le fanatisme religieux est omniprésent. La lutte du Bien contre le Mal est dans tous les esprits. Tous fils de Dieu, mais tous s...
Lire la suite

Historique du prix

C'est en 1972, que Georges Rieben et Luc Geslin fondent le Prix Mystère de la Critique. À l'époque, la revue Mystère Magazine périclite (elle s'éteindra en 1976 après trois cent quarante-trois numéros). Les éditions Opta, qui étaient à l'initiative de la version française du Ellery Queen Mystery Magazine, chargent quatre amis, amateurs et spécialistes du livre, de relancer la machine. Parmi eux, donc, Georges Rieben et Bernard Rapp. Dans les années 1970, les prix policiers n'étaient pas aussi nombreux que maintenant. Aussi se dégage cette idée presque originale de récompenser deux ouvrages, l'un français, l'autre étranger, selon un principe simple et démocratique : demander aux critiques spécialisés de dresser la liste des dix ouvrages qui les ont le plus marqué durant l'année écoulée. Les deux vainqueurs étant les ouvrages les plus cités. Aujourd'hui, Mystère Magazine n'est plus. L'abnégation de Georges Rieben fait que le Prix Mystère de la Critique subsiste.
Le Prix Mystère de la Critique récompense un ouvrage français.
Palmarès du Prix Mystère de la critique.
Le Prix Mystère du Meilleur roman étranger récompense quant à lui... un roman étranger !

Palmarès :
2015 : 911 (Sonatine), de Shannon Burke
2014 : On ne joue pas avec la mort (Rivages, "Thriller"), d'Emily St. John Mandel
2013 : Le Diable, tout le temps (Albin Michel, "Terres d'Amérique"), de Donald Ray Pollock
2012 : Les Fantômes de Belfast (Rivages, "Thriller"), de Stuart Neville
2011 : La Mort au crépuscule (Le Masque, "Grand format"), de William Gay
2010 : Dans les limbes (Rivages, "Thriller"), de James O'Connell
2009 : Dernier tramway pour les Champs-Élysées (Rivages, "Thriller"), de James Lee Burke
2008 : Un hiver de glace (Rivages, "Thriller"), de Daniel Woodrell
2007 : Cinq femmes et demie (L'Atalante, "Insomniaques et ferroviaires"), de Francisco Gonzalez Ledesma
2006 : La Cité des jarres (Métailié, "Noir"), d'Arnaldur Indridason
2005 : Le Rêve des chevaux brisés (Rivages, "Thriller"), de William Bayer
2004 : Les Soldats de l'aube (Le Seuil, "Policier"), de Deon Meyer
2003 : Mystic River (Rivages, "Thriller"), de Dennis Lehane
2002 : Azazel (Presses de la Cité), de Boris Akounine
2001 : Le Contrat (Rivages, "Thriller"), de Donald E. Westlake
2000 : Le Guerrier solitaire (Le Seuil, "Policier"), de Henning Mankell
1999 : La Forme de l'eau (Fleuve noir, "Noir"), d'Andrea Camilleri
1998 : Le Poète (Le Seuil, "Policier"), de Michael Connelly
1997 : Enigma (Plon), de Thomas Harris
1996 : L'Aliéniste (Presses de la Cité), de Caleb Carr
1995 : Quand se lève le brouillard rouge (Rivages, "Thriller"), de Robin Cook
1994 : L'Été de cristal (Le Masque), de Philip Kerr
1993 : La Dame de Cachemire (Gallimard, "La Noire), de Francisco Gonzalez Ledesma
1992 : Black Cherry Blues (Rivages, "Thriller"), de James Lee Burke
1991 : Le Silence des agneaux (Albin Michel), de Thomas Harris
1990 : Le Grand nulle part (Rivages, "Thriller"), de James Ellroy
1989 : Fausse piste (Christian Bourgois), de James Crumley
1988 : Robin des bois est mort (Mascaret), de Ky
1987 : L'Orchestre des ombres (Gallimard, "Série noire"), de Tom Topor
1986 : Une tête pour une autre (Robert Laffont, "Best-sellers"), de William Bayer
1985 : La Nuit de l'égorgeur (Presses de la Cité, "Paniques"), de William P. McGivern
1984 : On ne meurt que deux fois (Gallimard, "Série noire"), de Robin Cook
1983 : La Cavale d'Eddie Macon (Denoël, "Sueurs froides"), de James McLendon
1982 : La Mémoire dans la peau (Robert Laffont, "Best-sellers), de Robert Ludlum
1981 : La Rue devient folle (Gallimard, "Série noire"), de Malcom Braly
1980 : Méchant garçon (Red Label), de Jack Vance
1979 : Trafiquants d'armes (Les Humanoïdes associés, "Œuvres"), de Eric Ambler
1978 : Pas de lauréat
1977 : Pas de lauréat
1976 : Le Scandale Lester (Opta), de Andrew Garve
1975 : Pas de lauréat
1974 : Pas de lauréat
1973 : Pas de lauréat
1972 : Pierre qui brûle (Gallimard, "Série noire"), de Donald E. Westlake

Sélection et palmarès 2013

Mercredi 3 avril s'est déroulée à la BiLiPo la remise des quarante-deuxièmes Prix Mystère. Le Prix Mystère du Meilleur roman étranger a été décerné à l'incontournable Donald Ray Pollock pour Le Diable, tout le temps. En son absence, son directeur littéraire, Francis Geffard, présent pour l'occasion, s'est fendu d'un petit discours au cours duquel il a bien sûr énoncé le plaisir de l'auteur à l'idée de recevoir l'un des plus anciens prix littéraires du genre en France, remarquant qu'il s'était déjà déplacé en France cette année pour une autre remise de prix, ce qui avait déjà été une première. Si le lauréat a semblé faire la quasi unanimité des membres du jury, le vote a été particulièrement serré pour les accessits avec une grande majorité de romans parus aux éditions Rivages.

Prix Mystère du Meilleur roman étranger 2013 :
1. Le Diable, tout le temps, de Donald Ray Pollock (Albin Michel, "Terres d'Amérique") ;
2 ex æquo. À la trace, de Deon Meyer (Le Seuil, "Policiers") ;
2 ex æquo. Dernière nuit à Montréal, de Emily St. John Mandell (Rivages, "Thrillers") ;
5 ex æquo. Au lieu-dit Noir-Étang, de Thomas H. Cook (Le Seuil, "Policiers") ;
5 ex æquo. La Demeure éternelle, de William Gay (Le Seuil, "Policiers") ;
5 ex æquo. Lettres de Carthage, de Bill James (Rivages, "Thriller") ;
5 ex æquo : Enfants de poussière, de Craig Johnson (Gallmeister, "Noire") ;
5 ex æquo. Traversée vent debout, de Jim Nisbet (Rivages, "Thriller") ;
5 ex æquo. Bad Penny Blues, de Cathy Unsworth (Rivages, "Thriller").

Le jury 2013 était composé des trente-quatre critiques suivants :
Mmes Marie-Caroline Aubert, Christine Ferniot, Catherine Fruchon-Toussaint, Jeanne Guyon, Cécile Lecoultre, Corinne Naidet et Alexandra Scharwzbrod.
MM. Jean-Claude Alizet, Olivier Ancel, Hubert Artus, Philippe Blanchet, Bernard Chappuis, Dominique Choquet, Bruno Corty, Bernard Daguerre, Hervé Delouche, Jean-Pierre Dionnet, Christophe Dupuis, François Guérif, Jean-Paul Guéry, Jean-Marc Laherrère, Pierre Lebedel, Claude Le Nocher, Alexandre Lous, Paul Maugendre, Claude Mesplède, Gérard Meudal, Yann Plougastel, Alain Regnault, Georges Rieben, Emmanuel Romer, Jean-Jacques Schléret, Samuel Schwiegelhofer, Jean-Louis Touchant, Julien Védrenne et Jean-Claude Zylberstein.

Liste des ouvrages lauréats

Le Diable, tout le temps

Liste des ouvrages nommés

À la trace | Dernière nuit à Montréal | Pike | Lettres de Carthage | Traversée vent debout

Par Julien Védrenne

Pied de page