Surveille tes arrières !

Cher monsieur, les femmes ne mentent pas, elles voient la réalité différemment !
Frédéric Lenormand - Élémentaire, mon cher Voltaire
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sous ses yeux
C'est l'histoire d'une femme, Lily Gullick, qui regarde les oiseaux avec des jumelles et qui ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 16 décembre

Contenu

Roman - Noir

Surveille tes arrières !

Braquage/Cambriolage MAJ samedi 24 juillet 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18,5 €

Donald Westlake
Watch Your Back - 2005
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Esch
Paris : Rivages, juin 2010
284 p. ; 24 x 16 cm
ISBN 978-2-7436-2115-5
Coll. "Thriller"
John Archibald Dortmunder

Ce qu'il faut savoir sur la série

John Archibald Dortmunder, chômeur invétéré, est le plus malchanceux des cambrioleurs de New York. Ses plans géniaux sont assujettis aux aléas de la ville. Un magasin qui déménage et c'est une affaire rondement menée qui s'écroule. À ses côtés, sa compagne, May, caissière chez Bohack, et toute une clique de spécialistes des casses qui se réunissent au O.J. Bar & Grill d'Amsterdam Avenue. Là, officie le barman Rollo qui nomme tout ce beau monde par ce qu'il boit. Ainsi Dortmunder se voit affublé d'un "double-bourbon-glacé", pendant que Stan Murch, le chauffeur, est doté d'un laconique "bière-et-sel", parfaite injure au mercantilisme d'un bar : le sel sert à faire mousser une bière que l'on tient à faire durer ! Ensemble, la vie n'est pas banale et le moindre coup prend des proportions dantesques, mais jamais ils ne perdent de vue leur objectif.

Mon Dieu ! Faîtes que rien ne change... ou presque...

Tout est chamboulé dans l'univers de Dortmunder. C'est d'abord ce satané Arnie Albright, receleur haï ou méprisé de tous, de retour d'un club Med, et qui est presque devenu un être sociable. C'est enfin le O. J. Bar & Grill, repaire de la bande de malfrats qui lui est devenu inhospitalier au point de troquer les habitués du comptoir et leurs discussions absurdes contre des mafieux du New Jersey (eux faisant du même coup fi des accords passés avec la pègre de New York !). Rollo, le barman traine son spleen, le bar est à la dérive, et certains vont se faire du fric sur son dos. Arnie leur a amené un casse sur un plateau d'argent. Un millionnaire qui ne peut rentrer en ville sous peine d'être persécuté par ses anciennes femmes et surtout par leurs avocats. Un appartement vide de monde mais plein d'objets d'arts. Seulement, un casse, simple ou pas, eh bien ça se prépare. Et le meilleur endroit reste celui où l'on a ses aises. Donc, faut virer les mafieux. Simple ? Oui... Sauf que pour tous ceux qui connaissent Dortmunder, l'affaire risque fort de se compliquer. Il y a une tentative d'enlèvement qui va déboucher sur un retour au bercail plus tôt que prévu. Mais aussi un nouveau venu dans la bande, et des mafieux qui vont se rebeller (il croyait quoi le Dortmunder, qu'on peut ouvertement se foutre de la gueule d'un caïd ?). Et les satanés impondérables... Et quand on s'appelle Donald E. Westlake, on prend un malin plaisir à les multiplier les satanés impondérables. De l'humour, de l'audace, et, pour une fois, un peu de background comme on dit, voire même un léger pathos. Westlake fait un historique de l'O. J. Bar & Grill, remue un peu nos intestins car ça ne sent pas toujours bon dans cette histoire, mais finit par nous rassurer. S'il y a le lecteur occasionnel qui rira bien voire très bien, il y a aussi le lecteur habitué qui souffrira de voir son univers remis en cause, mais finira par souffler d'aise : rien n'a changé !


On en parle : Alibis n°37 |La Tête en noir n°146

Citation

Quand une voiture prend feu, généralement, le réservoir explose ensuite.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 23 juillet 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page