Le Fils des brûlés

J'étais désolé que ces personnes soient mortes, mais je devais couvrir mes hommes et minimiser les dégâts. Et, pour être honnête, je devais me protéger.
Peter Guttridge - Promenade du crime
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 17 octobre

Contenu

Roman - Thriller

Le Fils des brûlés

Social - Urbain MAJ mercredi 11 mai 2011

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,9 €

Voir plus d'infos sur le site livresque-du-noir.fr (nouvelle fenêtre)

Laurent Brard
Paris : Plon, mai 2010
264 p. ; illustrations en noir & blanc ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-259-21001-0
Coll. "Nuit blanche"

Le poids du silence

Oscar Bellem est un gamellard. Entré dans la police parce qu'il fallait bien bouffer, il aspire à une vie pépère dans sa bonne ville de Sarole. Sa lettre de démission est à peine postée qu'il est contacté par mail par quelqu'un qui se fait appeler "Le Fantôme". Celui-ci remet sur le tapis une affaire vieille de douze ans. La seule vraie affaire qu'il ait eut à gérer dans son simulacre de carrière. Un fiasco.
Pourquoi cette histoire qui continue de le hanter ressort maintenant ? Qui est ce "Fantôme" ? Que veut-il ? Quel rapport entre le meurtre de la jeune Cécilia et ce double parricide qui a marqué les esprits des Sarolais ?
Sarole. Petite ville où tout le monde se connaît, et surtout où le passé pèse de tout son poids sur les âmes et les langues des habitants. Comment atteindre la vérité quand l'omerta règne sur la ville ?
Bellem est un anti-héros, parfois exaspérant, à la limite de la beaufitude. On se demande même comment il a pu réussir le concours d'entrée dans la police. On a envie de le bousculer, de lui donner un coup de pied au cul pour qu'il se prenne en main. Il se traîne cette vieille affaire tel un boulet qui l'empêche d'aller de l'avant. Mais contre toute attente, il va se donner à fond pour répondre à toutes ces questions, éliminer ces doutes. Une ultime (en)quête cathartique afin de pouvoir, enfin, tourner la page.
Le Fils des brûlés est un vrai polar social dans lequel Laurent Brard ne respecte aucun des codes du genre. Il les effleure, les titille mais suit toujours sa propre voie. Il joue sur les relations humaines, les non-dits, avec brio. Il nous livre, à travers Sarole, un instantané criant de vérité sur la vie d'une petite ville de province, avec ses croyances, ses démons, ses secrets. Le Fils des brûlés est un polar à part, mais finalement on s'y retrouve. Parce qu'on y parle de l'humain, de son passé, de ses choix. Et que quelque part, ça parle un peu de nous.

Citation

Il préférait oublier, se détourner, éviter d'en parler, comme tout le monde dans la région.

Rédacteur: Fabien Hérisson mardi 22 juin 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page