Terre-Neuvas

‎- Josh Redmont ? dit-elle avec une délicieuse pointe d'accent. "Je suis marié", faillit répliquer Josh. Mais il y aurait forcément un moment plus opportun pour cette remarque. Josh en était certain. Il se contenta de répondre : - Oui, c'est bien moi. J'habite ici.
Donald Westlake - Argent facile
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 novembre

Contenu

Bande dessinée - Noir

Terre-Neuvas

Vengeance MAJ jeudi 29 avril 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 17,99 €

Christophe Chabouté (scénario & dessin)
Issy-les-Moulineaux : Vents d'Ouest, septembre 2009
128 p. ; cartonné - illustrations en noir & blanc ; 33 x 23 cm
ISBN 978-2-7493-0489-2
Coll. "Intégra"

La vengeance est un plat qui se mange salé

26 février 1913. La Marie-Jeanne, un navire de pêche à la morue part pour la Terre-Neuvas. À son bord, le mousse, éternel souffre-douleur d'un équipage dirigé par un commandant souvent ivre, et un novice. Deux solitaires perdus au milieu d'une équipe habituée à la rude vie en mer. Il pleut tout le temps. La houle, on n'en parle même pas. La bouffe ? Il vaut mieux ne pas y penser quand on l'ingurgite. Arrivé sur place, le travail est toujours le même, brume ou pas brume. Les doris partent avec deux marins à leur bord poser les lignes. Puis, le lendemain, c'est l'heure de la récup'. D'un côté, il y a ceux qui s'écorchent les mains à ramener les lignes, de l'autre côté, il y a ceux qui s'écorchent les mains à préparer la morue salée. Pas d'infirmerie. Contre les gerçures sur les mains purulentes, il n'y a qu'un désinfectant : la pisse. La campagne est dure et monotone. Sauf que le second est retrouvé planté par le couteau du bosco. Et que le bosco, il est lui-même retrouvé empalé quelques temps plus tard, la casquette du capitaine dans une main. Et puis, il y a le novice qui disparait dans une mer embrumée. Les tensions montent. Le capitaine boit de plus en plus. L'équipage veut renter. La mutinerie guette mais seul le capitaine maintenant sait piloter le bateau. Et il faut encore et toujours ramener des morues.
Christophe Chabouté dans une bande dessinée graphique qui alterne à la fois le noir et le blanc, le plein et le vide, nous peint avant tout la vie de ces marins du début du siècle dernier qui suaient eau et surtout sang pour ramener de quoi subvenir à leur famille. On est comme le novice et le mousse. Le mal de mer nous assaille. On est trempé jusqu'à la moelle. Nos mains ne sont plus des mains. La fatigue s'installe. La peur aussi. Bande dessinée mais aussi journal. On sait qu'on aura le fin mot d'une histoire qui rappelle les romans de Joseph Conrad. Une tragédie, mais quelle tragédie !, se déroule et fait écho à une autre évidemment. Christophe Chabouté nous délecte en plus de ce langage fleuri, châtié des gens de mer. Avec lui, on "promène les Parisiens". On tourne en rond dans la brume nous repérant au son de la corne... de brume actionnée à bord du navire. On a envie d'entendre des chants de marins. Tout juste si l'on ne s'imagine pas une mélodie. On veut sentir cette solidarité qui se volatilise le temps du doute, mais qui reprend vie tout à la fin. Christophe Chabouté a délivré une bien belle BD d'aventure marine noire qui se relit et s'admire avec beaucoup de plaisir.

Récompenses :
Prix BD Polar Expérience / evene.fr 2010

Citation

- Est-ce que j'ai la trouille moi ?!
- ... eux n'ont pas autant de gnôle pour se donner du courage...

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 29 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page