La Vie est dégueulasse

Elle a pris un coup, chef, mais pas de chaud. Regardez, quand j'appuie avec mon pied sur sa poitrine, ça s'enfonce tout seul.
François Boulay - Cette nuit...
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Passager clandestin
Douze années après avoir fait escale à Tahiti, Georges Simenon propose un roman noir exotique plombé de n...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 15 décembre

Contenu

Roman - Noir

La Vie est dégueulasse

Social - Braquage/Cambriolage MAJ dimanche 04 avril 2010

Note accordée au livre: 6 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 6,5 €

Léo Malet
Léo Malet (avant-propos)
Olivier Balez (illustrateur de couverture)
Paris : Pocket, janvier 2010
178 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-266-20199-5
Coll. "Best", 14315

Un Tristan sans Iseult

Premier volet de la Trilogie noire écrit en 1948, La Vie est dégueulasse s'inscrit dans la grande tradition du roman noir surréaliste à la prose poétique. La gouaille des personnages n'a d'égale que la misère qu'ils croisent. "Je voudrais croire à l'amour... Ça a l'air puéril, mais c'est comme ça... L'amour, c'est la vie même, c'en est le centre de gravité, seulement la vie est dégueulasse, alors, l'amour... Les femmes gâchent tout… Toutes des vaches et des putains !" Jean Fraiger est un anarchiste amoureux fou de Gloria. Seulement voilà, cet amour l'a paralysé, et lui n'a jamais en quatre ans avoué sa flamme. Gloria entretemps s'est mariée. Jean, ce Tristan sans Iseult, comme l'explique Léo Malet dans un avant-propos brillant, traine sa misère et ses guêtres dans les rues de Paris. Avec d'autres comme lui, un casse se monte. Un fourgon qui convoie de l'argent. Rien de bien difficile. Mais dans le fourgon, il s'en trouve un pour vouloir utiliser une arme. Il est violemment abattu par Jean mais il a eu le temps de blesser un des complices. Le plus beau de la bande. Jean va faire croire aux autres qu'il est fichu, qu'il faut l'achever et planquer son corps défiguré sous des feuilles dans la forêt. L'histoire prend des allures de tragédie grecque quand Jean apprend que l'homme abattu sortant du fourgon était le père de Gloria. C'est une folie meurtrière associée à une manipulation incessante qui déferle alors sur les personnes qu'il croise. Mentalement instable, sexuellement frustré, il atteindra son but pour se retrouvé complètement vidé de toute substance, puis finir dans le caniveau. Jean Fraiger a vraiment raison, la vie est dégueulasse mais surtout pour les autres...

Citation

La misère, c'est comme la vérole : ça ne se guérit jamais complètement

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 04 avril 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page