Numéro 17

MacCarthy était de ceux qu'on apprécie tout de suite. Lucas sentait que personne ne lui avait jamais cassé la gueule dans un bar pour s'amuser.
George P. Pelecanos - Une balade dans la nuit
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

Numéro 17

Social - Complot - Secte MAJ lundi 01 juillet 2024

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Sébastien Le Jean
Paris : Liana Levi, avril 2024
286 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 979-10-349-0908-7
Coll. "Policier"

Têtes de l'hydre

Paris, le jour de Noël. Un jeune homme, étudiant, se jette par la fenêtre de son appartement. Son père, haut fonctionnaire, ne peut croire à la version de son suicide et malgré le commissaire de la police judiciaire qui entend clore l'enquête, il fait jouer ses connaissances pour pousser Ronan Sénéchal, un commandant de police un peu en retrait depuis l'échec de sa dernière enquête. Or, Ronan Sénéchal parvient à prouver qu'il s'agit bien d'un meurtre. Mais comme il veut tout contrôler, lorsqu'il découvre dans le studio du mort une clé USB bien cachée, il préfère la garder par devers lui. Clé qui contient la thèse sur le conspirationnisme qu'écrivait le jeune homme. Une thèse dont la copie papier vient d'arriver chez son directeur de thèse. Mais alors que les policiers vont la chercher, le directeur est assassiné... Avec un supérieur qui entend mener son enquête en conservant pour lui des informations, ses adjoints se sentent de plus en plus mal à l'aise. De son côté, le premier enquêteur, vexé que sa thèse sur le suicide n'ait pas été acceptée va essayer de mettre des bâtons dans les roues de l'enquête. Pourtant plus les choses avancent plus il semble bien que tout ça soit lié aux mouvements conspirationnistes, et principalement à un groupe secret, surnommé l'Hydre, qui serait dirigé par un mystérieux Numéro 17, un homme (ou un groupe) qui aurait des antennes dans tous les milieux et pourrait déjouer tous les coups que l'on essaie de porter contre lui. Quand l'enquête mène l'équipe policière vers une vidéo étrange où des inconnus frappent à coups de marteau un militaire tout sombre encore plus dans les réseaux parallèles, les fake news et les manipulations en tous genres.

Suite (mais pouvant se lire indépendamment) des aventures de personnages vus dans Le Grand effondrement, qui traitait du survivalisme, Numéro 17 part sur un thème d'actualité lié aussi aux nouvelles technologies avec les complotistes. Au sein d'une intrigue qui avance cahin-caha (car chaque personnage a son propre agenda et préfère avancer seul que de composer avec des collègues, des chefs ou des idées préétablis, quitte à se planter, à négliger sa propre sécurité, à continuer compulsivement ses propres addictions), le récit de Sébastien Le Jean se déroule implacablement. Surtout, il faut accepter de se laisser embarquer par l'auteur, de nager avec un personnage, puis de partir vers un autre, d'essayer des pistes qui s'achèvent dans une impasse, à l'instar de la vie, avec des trahisons ordinaires. Si l'on se laisse embarquer, on ne regrette pas ce voyage mouvementé, chaotique, ondulant.

Citation

David Ortiz, son adjoint, est le plus amer. Il serait un meilleur chef de groupe, il en est convaincu. Son patron incarne le monde d'avant, ces flics à l'ancienne qui transgressent les règles comme on change de chemise. David, lui, se targue de défendre une police irréprochable.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 01 juillet 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page