ADN féminin

- Flood n'est pas allé au sud, nous en venons. À l'est, il n'y a rien. Il ne reste que l'ouest vers le Llano Estacado. - La fille a parlé du nord. - Flood n'a jamais dit à une fille sa destination.
Harry Keller - Les Sept chemins du couchant
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Cité sous les cendres
Dix ans ont passé depuis que Danny Ryan et son fils ont dû fuir Providence et la vengeance d'une fami...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 25 juillet

Contenu

Roman - Policier

ADN féminin

Humoristique - Social - Gang MAJ jeudi 27 juin 2024

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Louise Oligny
Paris : Marabout, juin 2024
288 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-501-17175-5
Coll. "Black lab"

En rose et noir

Une association de défense des femmes victimes de violences conjugales tente tant bien que mal de survivre malgré des conditions financières et juridiques toujours un peu compliquées. C'est dans ce cadre que l'association organise une soirée spectacle pour présenter ses projets et faire parler d'elle. Lors de cette soirée, un visiteur, un malfrat, est égorgé. On ne va pas tarder à apprendre qu'il s'agit d'un certain Alami, dont l'ex-épouse jouait dans le spectacle. Surtout, à côté de son corps, on découvre une arme à feu. La capitaine de police Coralie Gignac se retrouve chargée de l'enquête. Elle pense bien évidemment qu'il y a un rapport avec la famille Alimi qui met la banlieue sous sa coupe par de multiples trafics. Elle a déjà essayé de faire condamner certains des frères de la victime, mais ses tentatives ont toutes échoué et même ses chefs sont réticents à l'idée de la voir persévérer. De plus, la policière a eu une liaison avec un autre policier, aujourd'hui travaillant dans des affaires liées aux drogues et ce policier vit avec Diane Choinière, une femme de cinquante ans, ancienne punk, photographe et qui travaille actuellement à prendre des photos pour les femmes battues afin de leur redonner une certaine estime d'elles-mêmes. Mais Diane Choinière est surtout quelqu'un qui met les pieds dans le plat et n'est pas très diplomate. Et lorsque Diane rencontre une jeune femme qui vit avec un autre des Alimi et est battue, elle essaie de la défendre sans comprendre que, même frappée, la femme croit dans la bonne volonté de son mari. Au fil des événements, la situation peut s'envenimer encore plus d'autant plus que les réactions des uns et des autres sont étranges, et que chacun cache sans doute bien des choses...

Le nouveau roman de Louise Oligny offre un mélange policier entre deux univers : celui plus sombre des femmes battues et de la lutte des femmes pour contrer cet état de fait et celui plus lumineux, plus drôle, avec des personnages qui réagissent parfois de curieuse manière (par exemple, à un moment donné, Diane Choinière va annoncer des informations secrètes aux criminels qu'elle tente de combattre). Les deux éléments (qui reprennent une partie de ce qui se déroulait dans Colère chronique, un premier volume avec déjà Diane et les autres personnages) se conjuguent de manière efficace, et les bourdes des uns permettent de relancer les intrigues, pour un résultat qui surprendra le lecteur, par ce mélange entre une histoire rigoureuse et des éléments plus humoristiques. En tout cas, la sauce prend bien et renouvelle la bonne impression déjà née de la lecture du premier volume des aventures d'une photographe hors des clichés.

Citation

Coralie a la tête qui tourne. Les paroles de Charles sont toxiques. Son rire l'ensorcelle. Il a raison. C'est sa droiture qui lui a permis de tuer sa première femme. C'est encore sur son sens du devoir qu'il mise pour sauver pour sauver sa peau.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 27 juin 2024
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page