Le Doute nécessaire

Jared penche la tête pour mieux rassembler ses forces. Plus loin l'eau noire est houleuse, les plaques de glace se brisent. Il glisse sur le ventre pour repartir en arrière, aussi vite qu'il l'ose.
Karin Salvalaggio - Poussières d'os
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Noir

Le Doute nécessaire

Psychologique - Médical MAJ mercredi 14 janvier 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,5 €

Colin Wilson
Necessary Doubt - 1964
Traduit de l'anglais par Gérard de Chergé
Paris : Rivages, janvier 2008
380 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1754-7
Coll. "Noir", 670

Chronique

Le soir de Noël, à Londres, le philosophe Karl Zweig entraperçoit par hasard un ancien étudiant, Gustav Neumann, au moment où il s'engouffre dans un taxi en compagnie d'un vieil homme. Brillant élève en proie aux violences antisémites, Neumann jugeait que les Juifs acceptaient trop passivement le rôle de victimes. Il entendait bien devenir un maître du crime et se venger. Alors que Zweig tente de découvrir où il loge et ce qu'il est devenu, des faits troublants lui sont révélés. Il les rapporte à son ami Charles Grey, anciennement de Scotland Yard. Ensemble, ils se mettent sur la piste de Neumann, bientôt assistés d'un couple excentrique fasciné par l'œuvre de Zweig. Neumann a été le secrétaire de plusieurs riches vieillards morts dans de mystérieuses circonstances et semble bien être un criminel. Mais Zweig refuse de le condamner. Seuls les imbéciles sont de grands criminels et Neumann est tout sauf un imbécile.

Ourdissant une énigme haletante, écrit sans chapitre et ne laissant aucun répit, Le Doute nécessaire est dans la veine des romans du genre des années 60 à ceci près que le protagoniste principal n'est pas celui qui est injustement accusé mais l'enquêteur. Et ce dernier met tout en œuvre pour innocenter son ancien étudiant, dont il connaît la psychologie. La trame est d'autant plus singulière que Colin Wilson fait intervenir une femme médium et un adepte de religions païennes avant de révéler l'existence d'une drogue aux vertus stupéfiantes. Il explore - ou plutôt effleure - ainsi les voies qui ont fait sa renommée.

Citation

Je ne vois aucun autre assassin qui ait écrit des articles pour une revue officielle de psychologie criminelle.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 28 septembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page