La Cérémonie d'hiver

Personne n'échappe à Pablo Escobar.
Andrea Di Stefano - Escobar : Paradise Lost
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 20 novembre

Contenu

Roman - Noir

La Cérémonie d'hiver

Ethnologique - Vengeance MAJ jeudi 25 mars 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

À partir de 9 ans

Prix: 6,5 €

Élise Fontenaille
Rodez : Le Rouergue, mars 2010
96 p. ; 17 x 12 cm
ISBN 978-2-8126-0117-0
Coll. "DoAdo Noir"

Chez les Indiens, la vengeance est un art

"Il nous faudrait un Malcom X indien…" Vancouver. La cérémonie d'hiver. Ici, il n'est pas question de jeux Olympiques, bien que l'auteure, Élise Fontenaille, dans un roman noir pour adolescents en dévoile la sombre facette, celle que le commun des lecteurs ne connaît pas. Il est question d'un rituel haïdas. Les Haïdas étaient célèbres pour la splendeur de leurs masques, de leurs totems, mais aussi pour la férocité de leurs guerriers. Aujourd'hui, ils sont condamnés à l'isolement dans de grandes tours, et à se battre contre l'alcool et les épidémies.
Eden est une solitaire qui vit au vingt-troisième étage d'une tour, justement, dans un appartement dénudé à la porte-fenêtre ouverte. Sur le balcon, le repaire de Sky, son aigle. Eden s'est absentée quelques temps. À son retour, Violett, sa grand-mère n'est plus. Elle s'était révoltée contre la construction d'une autoroute s'attirant les foudres d'une juge qui l'a mise en prison pour l'exemple. Violett en est morte.
Eden rumine alors sa vengeance : la juge mourra des serres de son aigle qu'elle dresse patiemment. Craig est un ethnologue raté qui a fini flic. De la plume de l'aigle retrouvée sur les lieux du crime, il va remonter jusqu'au rapace et à sa maîtresse. Il va la comprendre, en tomber sûrement amoureux, mais la chute sera tout autre.
Élise Fontenaille nous offre un court roman très noir avec quelques touches nostalgiques et fantastiques. Eden se transforme en héroïne-justicière, brute et douce à la fois, au sang indien bouillonnant. Si ses motivations sont bel et bien réelles et motivées, il n'en demeure pas moins qu'elle a tort de vouloir se venger. Élise Fontenaille avec un final étrange laisse le choix à ses lecteurs de décider de son sort, ce dont on ne peut que se réjouir. Quand le monde perd toute conscience, le conte s'offre à l'individu et c'est tant mieux...

Citation

Il y a toujours une histoire, derrière un meurtre, à toi de trouver laquelle, et qui la raconte : le conteur est le tueur.

Rédacteur: Julien Védrenne dimanche 07 mars 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page