Des manches et la belle

C'est triste de penser à ce squelette sans tête sous cette eau vive et froide. Je ne regrette pas la mort de l'homme, mais j'aurais voulu mieux maîtriser mes émotions.
Patrick DeWitt - Les Frères Sisters
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 29 mai

Contenu

Roman - Noir

Des manches et la belle

Humoristique - Braquage/Cambriolage MAJ jeudi 11 mars 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 10 €

Jean-Paul Nozière
Paris : La Branche, janvier 2010
96 p. ; cartonné - 20 x 13 cm
ISBN 978-2-35306-037-5
Coll. "Suite noire", 34

Black micmac

Il y a l'humour noir. Il y a aussi le noir humoristique. Jean-Paul Nozière fait dans le polar mais il a dû beaucoup s'amuser en imaginant ce court roman. L'histoire : deux bras cassés "black" doivent prendre possession d'une voiture. Las, ils se trompent de cible et tombent sur plus bêtes et plus méchants qu'eux. Un curé tout aussi black que nos deux pieds nickelés devait prendre ses fonctions dans une paroisse à la population blanche. L'un d'eux va lui emprunter sa soutane et découvrir que les chemins du péché peuvent même se cacher dans le presbytère sous les traits d'une affriolante jeune femme… Le récit atteint à peine son quota de cent pages, le maximum syndical de la "Suite noire", mais c'est cent pages de nectar que nous réserve Jean-Paul Nozière. Sa farce est irrésistible. Le style est savoureux, bourré de trouvailles et de formules toutes plus drôles les unes que les autres. On pense à Chester Himes, à Robert Crumb, à Melvin Van Peebles... Et pour couronner le tout, ce texte s'accompagne d'un message antiraciste implacable.


On en parle : La Vache qui lit n°112

Citation

Tu te fous de moi, mais tu me le paieras, pauvre arnaqueur ! Tu savais très bien qu'il n'y avait pas un rond dans le corbillard parce que t'as tout chouré et tu m'as baladé sur une fausse piste. Maintenant, tu t'offres ta pute à gogo avec le flouze, et moi j'ai deux macabs en prime. J'ai failli laisser ma peau à creuser ce putain de trou pour enterrer Léopold et Désiré.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur samedi 13 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page