Sans foi ni loi

Mock effectuait son second voyage sentimental dans le temps de la journée. Il le ramenait à l'époque où on lui donnait du 'monsieur le directeur criminel', dans ces lointaines années où il n'était pas envahi vingt-quatre heures sur vingt-quatre par des pensées amères et des bouffées de désespoir.
Marek Krajewski - La Forteresse de Breslau
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Ni dieu ni maitre : Auguste Blanqui, l'enfermé
C'est à dix-sept ans que Auguste Blanqui a appris à haïr la société. Auguste Blanqui est un anarchist...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 24 avril

Contenu

DVD - Aventure

Sans foi ni loi

Western MAJ mercredi 24 mars 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5


Réédition

Tout public

Prix: 14,99 €

Earl Bellamy
Incident at Phantom hill - 1966
Paris : Opening, octobre 2009
VF - VOST - 1 DVD Zone 2 ; couleur ; 19 x 14 cm

Un héros intègre, un bad boy et une fille de mauvaise vie

On est en 1966. Le western américain est sur le déclin, le western spaghetti fait le forcing et ce film made in USA est tiraillé entre les deux. Des couleurs éclatantes, des paysages grandioses, un héros sans peur et sans reproche, une romance pleine de noblesse pour l'influence américaine. Quelques plans "cinecittiens", des déserts dignes d'Almeria, un méchant vraiment tordu, des gangsters crades pour l'influence transalpine. Malgré tout, ce film est d'une grande cohérence stylistique et scénaristique. Mais on parle de quoi au fait ? De l'attaque d'un fourgon de lingots puis de la recherche de l'or, en territoire indien, par des soldats anonymes. Mais le métal attire les bandits de grand chemin et l'intrusion en terre indienne les Comanches.
Avec, au centre, un héros intègre (Robert Fuller), un bad boy "sans foi ni loi" (savoureux Dan Dureya) et une fille de mauvaise vie parachutée là par hasard mais toujours délicieusement maquillée même au milieu du désert poussiéreux (Jocelyn Lane). L'équilibre entre charme et action fonctionne parfaitement. Comme le dit Patrick Brion en intro, "série B, ça ne veut rien dire, c'est juste une question de budget". Car côté qualité, là il n'y a rien à redire.

Sans foi ni loi : 84' avec Robert Fuller, Dan Dureya et Jocelyn Lane.
Bonus. Présentation du film par Patrick Brion, historien du cinéma.

Citation

Oubliez que vous êtes soldats. Pris par une patrouille nous serons des déserteurs. Pris par les Indiens, adieu la vie.

Rédacteur: Jean-Noël Levavasseur samedi 13 février 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page