Retour à la nuit

Nous les Américains on fait ça parce qu'on se sent coupables de trop manger et de consommer une si grande partie des ressources mondiales ; au siècle dernier, on portait des cols hauts et raides pour nous punir ; au XXe siècle, on court.
John Maddox Roberts - Les Fantômes de Saigon
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 20 avril

Contenu

Roman - Thriller

Retour à la nuit

Psychologique - Tueur en série MAJ lundi 25 janvier 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 12 €

Nuit et folie se tiennent la main

Antoine est un jeune adolescent. Il se promène au bord de l'eau, décide alors de se baigner, et manque de peu de se noyer car un arbre mort flottant l'a tamponné. Il est sauvé par un homme qui lui cicatrise ses plaies avec des moyens de fortune. Dans un état second, Antoine se rend quand même compte que l'homme est méchant et cruel.

Des années ont passé. Antoine est devenu veilleur de nuit dans une institution psychiatrique qui accueille des jeunes malades et des petits délinquants en attente d'un jugement. Il y a Ouria, une jeune anorexique-boulimique, qui entretient avec lui des relations étranges, mais aussi Gaétan, un petit voleur, qui améliore ses fins de mois dans des relations homosexuelles tarifées.
Une nuit, en regardant la télévision, Antoine entend parler de l'affaire Firnbacher. Un homme accusé, selon l'enquête journalistique, à tort d'un crime à caractère sexuel. Or, le crime et les tortures qui l'ont précédé ressemblent beaucoup à la façon dont lui-même fut soigné par le mystérieux homme. Quelques autres indices le poussent à croire qu'effectivement il y a un rapport. Il appelle le journaliste et arrive l'avocat du condamné....

Voici un court roman qui décline avec force la vie intime d'un personnage central dont on ne saura jamais s'il a raison ou non, ni si la folie progressivement le gagne. L'écriture d'Éric Maneval parvient à rendre avec justesse cette valse hésitation entre réalité et fantasme. L'auteur a eu également l'intelligence de ne pas présenter trop le tueur en série (sauf d'ailleurs dans quelques lignes où il apparaît comme un sauveur), et il se concentre sur Antoine (mais il développe également quelques belles pages sur Ouria). Éric Maneval relate un parcours intéressant, présente des personnages avec force et justesse en un texte resserré dont certaines images subsistent. De plus, il retourne avec force son intrigue dans un final inattendu.


On en parle : La Vache qui lit n°107

Nominations :
Prix Intramuros 2010
Prix marseillais du polar 2010

Citation

Régulièrement, je revis cette scène dans mon sommeil. Il y a des variantes, mais toujours cet homme me soigne et me fait mal.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 25 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page