Un pompier nommé Béru

Il y eut des craquements de chevilles, un bruit de semelles qui ripent. Et plus rien. Le gars connaissait son business, il ne se magnait pas.
Bernard Vitiello - Noir divan
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 23 octobre

Contenu

Roman - Insolite

Un pompier nommé Béru

MAJ lundi 18 janvier 2010

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Patrice Dard
Paris : Fayard, octobre 2002
276 p. ; 20 x 13 cm
Les Nouvelles aventures de San-Antonio, 2

Ce qu'il faut savoir sur la série

Depuis bientôt dix ans, Patrice Dard a repris la série des San-Antonio créée par son père en 1949. Dans "Les Nouvelles aventures de San-Antonio", les intrigues sont plus construites, plus charpentées. Moins d'exotisme, de voyages ou d'extravagances, mais plus de sérieux, de réalisme, de quotidien de flic. On lorgne davantage vers l'enquête de proximité, le meurtre de petite vieille, que vers les jamesbonderies. Même si quelques escapades au Sénégal ou au Canada ont déjà eu lieu.
On y baise un peu moins que dans les anciennes aventures, mais c'est que Patrice Dard a déclaré vouloir aussi séduire le lectorat féminin. Seulement, le naturel revient vite au galop, et Béru et San-A n'ont pas fini de traîner leur chibre en des couches aux odeurs légères.
Il y a moins de digressions, aussi. Mais c'est sans doute parce que le rythme est plus enlevé. Et les créations stylistiques, les métaphores osées et l'écriture alerte sont là. Et puis Patrice Dard a fait le tri dans ses personnages. Exit les Salami, Marie-Marie et autres personnages dont on ne savait plus que faire. Retour à la Trinité San-A/Béru/Pinaud. Avec la présence des enfants de, Toinet et Amélie, comme une symbolique évidente.
Dans "Les Nouvelles aventures de San-Antonio", l'âge des personnages est enfin fixé. Et certains ont pris un coup de vieux. San-A parle du temps qui passe, compte ses pattes d'oie et ses cheveux blancs. Avant de repartir à l'action. Car dans les nouveaux San-A, on est fier d'être dans une lignée, fier de porter un nom illustre. On sait d'où on vient, pour mieux savoir où va.

Une chaude lance

Retour sur le deuxième opus officiel des "Nouvelles aventures de San-Antonio".
Avec Corrida pour une vache folle, premier titre de la nouvelle série, Patrice Dard était attendu au tournant, et l'accueil de certains journalistes a prouvé que le flambeau ne serait pas facile à transmettre, indépendamment de la qualité du livre lui-même. Avec ce Pompier…, Patrice Dard prend définitivement ses marques, s'approprie une bonne fois pour toutes l'univers san-antoniesque. Tout en assumant l'héritage paternel, il impose sa griffe.

Il y a dans cette aventure un épisode tout à fait marquant, lourd de symboles. Il s'agit de l'annonce précoce de l'assassinat de Félicie, et de la presque tentative de suicide qui a failli s'ensuivre. On relève dans ce passage quelques lignes poignantes, qui tranchent presque d'avec la tonalité habituelle du genre, et qui en font une sorte de parenthèse tout à fait remarquable. Mais au-delà du ressort dramatique, cette péripétie semble définitivement asseoir la légitimité de Patrice Dard aux manettes de la série : au moment de la mort de Frédéric Dard, nombreux sont ceux qui ont pu penser que San-Antonio la série ne survivrait pas à son auteur. San-Antonio le personnage est persuadé ne pas survivre à sa génitrice. Or, rebondissement prévisible, Félicie est bien vivante, et San-A de reprendre l'enquête, comme Patrice reprend la série. Le parallèle est frappant et il se dégage un message plein de sens de cet épisode : San-Antonio est aussi, contrairement à ce qui a pu être dit, un esprit et une tradition, et pas seulement un auteur !

Démonstration :
- La rupture de l'illusion romanesque : adresses au lecteur, renvois en bas de page, considérations et soliloques du héros qui brisent l'illusion du roman en commentant l'action en cours, en faisant l'amalgame entre auteur, narrateur et personnage. On le sait, Frédéric était friand de ce jeu, qui a également contribué à la légende de la série. Il était donc normal que Patrice s'y collât, et il le fait à merveille. Mais à la différence de son père qui en usait à des fins essentiellement ludiques, Patrice y adjoint un message et non des moindres : la conversation avec Macha au restaurant asiatique, ou le bref dialogue avec sa voisine pipeuse semblent stigmatiser un aspect que l'on a toujours reproché peu ou prou, à tort ou à raison, à San-Antonio : sa misogynie. Or, les personnages féminins semblent vouloir faire infléchir cette réputation. Et, virage d'une importance capitale, le nouveau San-Antonio accepte les reproches, les reconnaît, s'en excuse et fait presque acte d'allégeance… Ces fameux apartés sont comme une profession de foi). Il ne s'agit certes pas là d'une mince révolution…
- Les personnages : ce mouvement avait déjà été amorcé dans Corrida pour une vache folle, à savoir l'élimination de certains personnages, au profit d'un resserrement qui n'a rien d'aléatoire : après Jérémie Blanc, c'est au tour de Mathias de quitter la série. En revanche, un retour au premier plan de taille, celui de Pinaud. On reviendrait donc à la Trinité du début de l'âge d'or de la série : San-Antonio, Bérurier, Pinaud. Est-ce à dire que Patrice Dard lorgnerait du côté du classicisme : certes non, puisqu'il adjoint à cette fine équipe deux personnages jusqu'ici inexploités et dont on pressent qu'ils sont appelés à plus d'ampleur encore : Toinet et Amélie. Tiens, comme par hasard des enfants de… Une fois de plus, on reprend ce qui a fait le succès de la série, mais y apportant une touche personnelle.

© Le Monde de San-Antonio

Citation

Je m'en vais réfléchir à ce que vient de me balancer cette franche femelle et tourner ma plume sept fois dans l'encre de mes désirs avant d'élaborer un caractère du beau sexe.

Rédacteur: Maxime Gillio jeudi 14 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page