Lemmer l'invisible

Dans la ferme du serial-killer Robert Pickton qui tua probablement une cinquantaine de femmes et les fit manger par ses porcs 'les recherches se poursuivirent durant près de deux ans, jusqu'à la découverte d'un demi-million de fragments, constituant autant de preuves potentielles.'
David Owen - Les Grandes affaires criminelles élucidées par la police scientifique
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 novembre

Contenu

Roman - Policier

Lemmer l'invisible

Ethnologique - Road Movie MAJ mercredi 16 juin 2010

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

Deon Meyer
Onsigbaar - 2007
Traduit de l'anglais (Afrique du Sud) par Estelle Roudet
Paris : Points, janvier 2010
544 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1634-9
Coll. "Policier", 2290

Safari humain

Lemmer est sud-africain. Garde du corps. Dans son milieu, les "invisibles" sont ceux qui, contrairement aux gorilles à oreillettes et costards gris censés intimider par leur présence, se fondent dans la masse afin d'assurer une sécurité optimale.
Lemmer est donc mandaté afin de veiller sur Emma Le Roux, une jeune et jolie héritière du Cap qui a été victime d'une tentative d'agression dans sa luxueuse villa. Mais Emma est étrange. Elle fait une fixation sur son grand frère, Jacobus, disparu vingt ans plus tôt, et qu'elle est persuadée avoir reconnu dans un reportage sur un garde-chasse accusé de meurtre près du Kruger Park. Selon elle, l'agression dont elle a été victime a un rapport avec cette réapparition qu'elle est la seule à croire.
Lemmer l'accompagne donc dans sa quête du frère ressuscité, sans y croire une seconde. Mais sans doute aurait-il dû. Cela aurait peut-être permis d'éviter ce traquenard dans lequel ils vont tomber et qui va laisser Emma entre la vie et la mort.
Écrit comme ça, ça a presque l'air trépidant. C'est parce que c'est un résumé duquel ont été enlevé les trèèèèèès nombreuses digressions qui parsèment ce récit. Alors bien sûr, certaines sont nécessaires, qui expliquent le passé de Lemmer, son comportement, l'évolution de sa relation avec Emma Le Roux... Mais était-ce utile d'écrire autant de parenthèses sur l'évolution ethnique, sociale, économique, zoologique, tribale de l'Afrique du Sud ?
Bien sûr, que c'est intéressant. L'auteur éprouve une passion évidente et communicative pour son pays, et les amoureux de l'Afrique y trouveront des renseignements de première main à foison. Mais le polar a des règles rythmiques qu'il convient de respecter, et qui semblent ici trop souvent ignorées. Deon Meyer alterne les scènes d'actions trépidantes avec de longues pages de monologues (les confessions de Lemmer à l'hôpital sont interminables) ou d'extraits de National Geographic que l'on ne peut que lire en diagonale. Davantage d'efficacité aurait certainement été plus judicieux.


On en parle : La Tête en noir n°143

Nominations :
Prix du meilleur polar des lecteurs de Points 2010

Citation

C'était un des phénomènes qui corroboraient la première loi de Lemmer : ne pas s'impliquer. C'était aussi un des principaux fondements de la seconde loi de Lemmer : ne faire confiance à personne.

Rédacteur: Maxime Gillio mercredi 06 janvier 2010
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page