Five points

La mort, mon ami, nous a envoyé une invitation des plus sophistiquées. Je me suis dit que nous ferions peut-être bien d'y répondre ensemble.
James Sallis - La Mort aura tes yeux
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

G.A.V.
Nous sommes dans un commissariat français. La nuit arrive. Il y a eu dans la cité voisine deux coups de f...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 24 octobre

Contenu

Roman - Policier

Five points

Historique - Mafia - Urbain MAJ samedi 10 avril 2021

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Éric Yung
Riom : De Borée, mars 2021
290 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-8129-2441-5
Coll. "Marge noire"

Grandeurs et misères d'une "marraine"

Stéphanie Saint-Claire est une jeune femme martiniquaise. En 1924, devant les difficultés à vivre sur son île, elle émigre aux États-Unis. Après un rude voyage, elle débarque donc à New York. Très vite, son sens des affaires, son charisme naturel et sa débrouillardise vont lui permettre de "créer" un petit empire criminel, qui ne demande qu'à s'agrandir. Mais elle a mis le nez dans une mare aux requins et bien évidemment les autres familles qui gèrent la criminalité de la ville ne voient pas cette nouvelle concurrence d'un bon œil et des guerres peuvent commencer. Mais c'est compter sans la force de cette femme qui va essayer de mener sa barque entre difficultés, grandes périodes, mainmise par la mafia italienne, mise à l'écart de la société, bouillonnement des élites noires pour obtenir des droits humains.
Five points est un roman particulier. En effet, Éric Yung, l'auteur, est un ancien policier qui connait les logiques et le mode de pensée des truands. Puis il a été journaliste et sait donc à la fois récupérer des informations par un autre moyen que son premier métier et les mettre en forme pour leur donner un sens. Ici, il s'inspire d'une personne ayant existanté et s'appuie sur les traces qu'il connait pour reconstituer les éléments inconnus. Il ajoute peut-être des éléments plus personnels ou empruntés à d'autres personnes, et décale sûrement son travail vers des aspects romanesques (la vie sentimentale de l'héroïne ou les chapitres finaux sur ses dernières années et sa "protection" particulière par la mafia italienne). Mais l'ensemble tient la route et vaut principalement par cette reconstitution, cette histoire classique de constitution, de grandeur et de déchéance d'une femme et de l'empire criminel qu'elle essaie de monter. L'auteur décrit bien et avec soin les pensées, les actions d'un petit groupe criminel, les moyens employés pour se développer ou conserver leurs propriétés. Les quelques éléments sur les interactions entre la femme gangster et les mouvements d'émancipation des Noirs auraient certes pu être plus développées mais nous sommes là face à une histoire qui évoque l'aspect "policier" plus que littéraire ou sociologique, et qui offre un moment de détente agréable.

Citation

Sa réputation était celle d'une jeune femme près du bonnet, proche de prêcheurs charismatiques implantés dans Harlem et engagés dans la lutte en faveur de l'égalité des droits, intransigeante en affaires, détestant les maquereaux et prête, par les armes, à éliminer ceux qui s'opposeraient à sa quête de pouvoir dans le milieu des loteries clandestines, car Stéphanie avait choisi sa voie.

Rédacteur: Laurent Greusard samedi 10 avril 2021
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page