Le Paradis des ratés

Il l'avait frappée au travers d'un jeu de questions-réponses : chaque erreur avait sa punition... progressive... toujours plus douloureuse.
Gilles Caillot - Lignes de sang
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 juillet

Contenu

Roman - Noir

Le Paradis des ratés

Énigme - Braquage/Cambriolage MAJ mercredi 21 janvier 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9 €

Ed McBain
The Last Best Hope - 1998
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Jean Rosenthal
Paris : Rivages, février 2008
348 p. ; 17 x 11 cm
ISBN 978-2-7436-1773-8
Coll. "Noir", 677

Chronique

Jill Lawton charge l'avocat Matthew Hope de retrouver son mari pour divorcer. Au même moment, la police découvre un cadavre avec les papiers du mari. Hope remonte de Calusa jusqu'à Isola où Jack Lawton a été aperçu en compagnie d'une petite rouquine. Il téléphone alors à l'inspecteur Steve Carella du 87e District. Les deux hommes vont dénouer lentement les fils d'une énigme baignée de sexe, de violence et de sang. Car, dans l'ombre, Jack Lawton et des petits malfrats entreprennent d'escamoter l'amphore qui aurait contenu la cigüe avec laquelle Socrate s'est suicidé. Ce petit vase de terre cuite va être exposé dans le modeste musée du Ca D'Ped, et un magnat grec est prêt à débourser 2,5 millions de dollars pour l'obtenir. Seulement voilà, réunir dans une même bande amateurs et professionnels ne peut qu'amener des ennuis. Surtout quand des liens amoureux ne cessent de se nouer et se dénouer entre les différents acteurs d'un casse qui ne peut qu'échouer.
Ed McBain réunit deux de ses héros principaux (Matthew Hope et Steve Carella) dans un même roman où il les utilise à contre-emploi. Le défenseur des causes perdues d'avance croise les pas de l'inspecteur à l'efficacité redoutable dans une enquête qui piétine étrangement. Aucun n'est assez clairvoyant pour déceler un casse digne d'un Dortmunder ou d'un Kinki Friedman avant qu'il ne se déroule dans un bain de sang chaotique. Aussi bien Hope que Carella apparaissent fatigués alors même que se nouent une amitié et un respect indéfectibles. Amitié et respect qui resteront sans suite. Steve Carella fera d'autres apparitions avec ses ouailles du 87e District, mais Matthew Hope tire ici sa révérence.

Citation

Elle n'avait pour tout vêtement qu'une combinaison de soie ivoire [...] ressemblant beaucoup à une adolescente dans une publicité pour Calvin Klein, sauf que le devant de sa combinaison était trempé de sang.

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 25 septembre 2008
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page