La Proie

Elle tente de le frapper. Il esquive de ses deux mains ficelées sans effort, lui assène un coup de poing dans les reins et la balance de nouveau dans le cagibi. Elle est étendue contre la femme morte.
Andreas Pflüger - Irrévocable
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

L'Ange rouge
Le nouveau roman de François Médéline nous emmène à Lyon il y a une vingtaine d'années. Une brigade p...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 28 novembre

Contenu

Roman - Noir

La Proie

Géopolitique - Tueur à gages - Corruption MAJ lundi 21 septembre 2020

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 18 €

Deon Meyer
Prooi - 2018
Traduit de l'afrikaans par Georges Lory
Paris : Gallimard, août 2020
576 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-07-285775-1
Coll. "Série noire"

Le vieux monde devant soi

Avec La Proie, nous retrouvons avec plaisir Benny Grissel et Vaughn Cupido, de la brigade des Hawks du Cap. Essayant de maintenir l'honnêteté au sein des forces de police, ils vivent difficilement, dans un pays qui s'enfonce chaque jour davantage dans la corruption, et notamment celle des élites. Il est somme toute difficile de faire son métier quand son propre président semble être au cœur de magouilles monumentales. Vaughn Cupido doit prouver qu'il est un homme droit auprès de sa nouvelle compagne et de son fils. Quant à Benny Griessel, il est angoissé car il ne sait comment demander en mariage la nouvelle femme de sa vie. C'est à ce moment-là que les deux équipiers sont envoyés sur une affaire étrange. Un ancien des services de sécurité, qui s'est reconverti à son compte dans la protection des individus, a été engagé par une Hollandaise pour l'accompagner dans un voyage en train. Durant le voyage, il disparait. Or, son corps vient d'être retrouvé le long de la voie ferrée et les autorités aimeraient que l'incident soit classé comme un suicide. Même quand les policiers poursuivent leurs investigations et découvrent qu'il a un morceau de lame de couteau cassé dans la nuque, on veut continuer à classer ce dossier. Tout en faisant le dos rond, les deux policiers décident de mener discrètement leur enquête. Et quand ils découvrent un ancien membre des groupes noirs qui menèrent la lutte contre l'Apartheid, lui aussi suicidé, ils se posent des questions. En même temps, à Bordeaux, Daniel Darret, ancien militant de l'ANC, longtemps un des meilleurs tueurs de l'organisation, essaie de vivre sans faire de vagues et veut d'ailleurs se refaire une nouvelle vie. Aussi, il est perturbé quand un ancien collègue, haut fonctionnaire du nouvel État, vient le "réveiller" pour lui dire que le Président a trahi la cause et qu'il convient de l'abattre. Cela tombe bien car il sera bientôt en visite officiel en France et son groupe (qui veut revenir à la pureté du combat de l'ANC) tient à profiter de l'occasion. Quelques heures plus tard l'émissaire est assassiné et Daniel Darret doit fuir devant des espions russes qui semblent vouloir le liquider. La mort de son camarade l'aide à accepter la mission.
Bien évidement les deux intrigues vont se recouper, d'une manière prévisible sans doute, mais très intelligente (et avec une résolution bienvenue sous forme d'un happy end). Le roman décrit des événements et des personnages très sombres, noirs, pris dans des pièges internationaux et des meurtres pour des motifs politiques et économiques si astronomiques que cela en est même difficilement concevable. Malgré les difficultés, la corruption qui semble gagner tous les milieux, les derniers idéalistes qui se font abattre, Deon Meyer reste positif et éclaire les derniers humains qui tentent de rester justes et droits. Le parallèle entre l'odyssée de Daniel pour essayer d'accomplir sa mission au milieu de forces hostiles et l'enquête des deux policiers qui se heurtent aux corrompus cyniques est mené avec soin, s'accélérant en alternance ou offrant de plus longues plages à chacun, montrant tout le talent du romancier sud-africain pour resserrer ou aérer son intrigue et ainsi entrainer le lecteur dans ses pas, le laissant haleter et ne pas refermer le livre avant sa conclusion. La Proie est un bien joli roman.

Citation

La vie professionnelle d'un policier ou d'une policière tourne autour d'un dossier à trois rabats, juste deux centimètres plus grand qu'une feuille A4. C'est le légendaire docket. Esthétiquement parlant, ce n'est pas un beau document.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 21 septembre 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page