La Mort en peinture

Nous devons rester vigilants. Il y aura toujours des gens comme Driscoll et des gens comme nous. Tant qu'on ne met rien par écrit, qu'on a National Projects, des activités légales pour payer nos impôts, qu'on fait des dons et qu'on organise des kermesses, on gagnera la guerre, comme toujours.
Samuel Fuller - Underworld USA
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Tu entreras dans le silence
Lorsque les soldats français partirent au combat, en 1914, c'était avec la certitude de rentrer rapid...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 07 juin

Contenu

Roman - Policier

La Mort en peinture

Vengeance - Whodunit - Artistique MAJ jeudi 21 mai 2020

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14 €

Daniel Angot
Plombières-les-Bains : Ex æquo, mars 2020
150 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-37873-893-8
Coll. "Rouge"

Meurtre en couleur primaire

Tout d'abord, il y a Delphine, femme traumatisée, qui peint des tableaux nés de ses cauchemars. Il y a aussi son amie, Mélanie, une riche aristocrate qui l'aide autant que faire se peu. Enfin, il y a Sophia qui a un peu d'argent et qui vient de rencontrer Christian. Ce dernier est un aventurier qui a fui le Venezuela où il a tué quelqu'un dans une bagarre. Christian utilise l'argent de Sophia, peintre elle aussi, pour ouvrir une galerie d'art. Lorsqu'il rencontre Mélanie, il a une aventure avec elle et elle lui propose d'exposer les tableaux de son amie. Mais un jour, on découvre le cadavre de Christian, la tête dans un pot de peinture. Qui pourrait donc l'avoir assassiné ? De Delphine à Sophia en passant par Mélanie et la femme du vénézuélien tué dans la rix et qui vient d'arriver en France pour se venger, les pistes sont nombreuses et tout aussi plausibles les unes que les autres. L'enquête et le suspense de La Mort en peinture tournent autour de ces coupables potentielles. Elle est menée par deux policiers aux profils différents, assez complémentaires, et qui permettent quelques pointes d'humour. Pour le reste, la partie policière est de facture classique dans sa première partie (car le final est un peu plus étrange et décalé). Les personnages sont simplement esquissés et auraient pu gagner à être un peu plus approfondis, comme si l'idée de départ avait lancé le travail d'écriture mais sans aller beaucoup plus loin. Contrairement à ce que nous réclamons régulièrement, ce texte aurait gagné en prenant un peu de poids, d'épaisseur. Il reste une ossature intéressante mais qui s'avère bien trop légère pour convaincre totalement.

Citation

En se rendant au Bastion, Raimbau présumait que la journée allait être riche en renseignements permettant d'orienter l'enquête. Il en avait hâte d'en savoir plus sur la victime et sur cette Delphine Peinturier, dont la personnalité, s'il en croyait les œuvres vues chez elle, promettait d'être complexe.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 21 mai 2020
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page