Au loup

Tant qu'il y aura des poireaux pour faire des embrouilles à d'autres poireaux, on aura besoin de privés pour défricher les plantations.
Antoines de Caunes - C'est bon mais c'est chaud
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 17 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Au loup

Psychologique - Social - Domestique MAJ vendredi 06 septembre 2019

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Lisa Ballantyne
Little Liar - 2018
Traduit de l'anglais (Écosse) par Carla Lavaste
Paris : Belfond, juin 2019
332 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-7144-7974-7
Coll. "Noir"

Attouche-ment

Ancienne gloire éphémère d'une série télévisée remisé au placard, Nick s'est reconverti dans les cours de théâtre et vit confortablement avec Marina, son épouse d'origine espagnole et ses deux enfants. Marquée par le divorce entre son policier de père et sa mère, son élève Angela est l'adolescente à problèmes typique, trop grosse, détestant ses parents, son collège, ses camarades de classe, sa vie. Elle vient d'ailleurs de faire une tentative de suicide. Or Nick reçoit le choc de sa vie lorsque soudain Angela l'accuse d'attouchements. Le voilà traité en criminel et, bien sûr, la meute des courageux anonymes se déchaîne contre lui et sa femme, menacée de viol... Marina a beau ne pas douter de son innocence, le couple connaît tout de même une crise sans précédent. Quoi de pire que d'être faussement accusé ? Car Nick est innocent c'est sûr ! Et il ne manque pas de le proclamer. Alors pourquoi Angela, de santé fragile, se découvre-t-elle soudain enceinte ?
Il est des quatrièmes de couverture peu heureuses, entre autres celle de ce roman le comparant au viscéral La Meute de Thomas Vinterberg. Autant souligner pour qui ne l'avait pas compris qu'on a affaire peu ou prou à la même histoire avec quelques variations... Sauf que le film allait beaucoup plus loin dans le calvaire de son personnage. Le titre français comme original (Little Liar - le traduire tel quel eut été déflorer, obligeant à choisir entre "Petit menteur" et "Petite menteuse") annonce la couleur, même si l'habitué du genre attend tout de même l'habituel rebondissement de thriller domestique où le mari est forcément coupable de quelque chose comme tous ces gens-là. Quant à l'adolescente, puisqu'on sait ce qu'il en est, le statut de victime semble l'exonérer d'office d'avoir failli détruire la vie d'un innocent qui paiera le prix lourd en un twist d'une ironie cruelle – et on se demande bien pourquoi elle n'a pas dit la vérité dès le départ, sauf que sinon, il n'y aurait pas de roman. Ce qui sauve le tout, en dépit de longueurs où la vie courante des protagonistes est détaillée, c'est le travail sur les personnages beaucoup plus fouillés que dans la moyenne du genre, qui se dévoilent peu à peu à travers la désormais habituelle structure chorale. Pour une fois, l'appellation de "Suspense psychologique" prend ici tout son sens, aidé par une écriture soignée servie par une traduction irréprochable.

Citation

Pour une fois dans sa vie, il sentait qu'il devait jouer, devait prendre l'air de quelqu'un qu'il n'était pas, mais il n'y arrivait pas.

Rédacteur: Thomas Bauduret vendredi 06 septembre 2019
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page