Léna et les trois femmes

Je savais que nous approchions d'un tournant. Mais je ne savais pas lequel.
Henning Mankell - Les Bottes suédoises
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 14 novembre

Contenu

Bande dessinée - Espionnage

Léna et les trois femmes

Géopolitique MAJ lundi 14 décembre 2009

Note accordée au livre: 5 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 14,5 €

Pierre Christin (scénario), André Juillard (dessin)
Paris : Dargaud, octobre 2009
56 p. ; illustrations en couleur ; 33 x 24 cm
ISBN 978-2-205-06193-2
Coll. "Long courrier"
Le Long voyage de Léna, 2

Ce qu'il faut savoir sur la série

Hélène Desroisères a perdu son mari diplomate et son jeune fils dans un attentat à Kaboul. Déchirée par cette tragédie, elle a entrepris une longue quête d'elle-même qui passe par les missions qu'elle accepte de remplir pour les services secrets français, sous le nom de Léna Muybridge. Chaque album peut se lire de manière indépendante.

Un certain renouveau du genre "Espionnage"...

Réfugiée en Australie où elle aspire à vivre à l'abri des regards, Léna est pourtant rattrapée par Paul-Marie de Calluire, qui lui avait confié sa précédente mission. Avec difficulté, il réussit cette fois à la convaincre d'infiltrer un groupe islamiste à la recherche d'une femme non-musulmane pour sa prochaine action d'envergure. Après plusieurs jours de briefing à Sydney, elle est envoyée à Tbilissi, où elle doit convaincre son contact qu'elle est bien cette mercenaire spécialiste des coups de force au service de la cause islamiste... moyennant un salaire prohibitif. Étape passée sans coup férir. Léna se retrouve alors en plein désert dans un camp d'entrainement djihadiste où elle va bientôt avoir à former trois jeunes femmes désignées pour un attentat suicide à Paris...

"Le Long voyage de Léna" se poursuit donc, et il passe cette fois par une immersion dans les milieux islamistes. Comme dans le premier volume, Pierre Christin expose longuement les motivations et modus operandi des protagonistes de son histoire : Léna, d'un côté, toujours à la recherche d'une voie qui lui permette de rester en vie, et, de l'autre, ses ennemis désignés du moment, un groupe extrémiste très structuré et organisé. Aux antipodes de fictions cinématographiques où la figure de l'espion est constamment dans l'action la plus violente et la plus débridée, Christin, en maître du récit d'espionnage, a créé avec Léna une série à la crédibilité renforcée : son héroïne n'est ni Jack Bauer, ni Jason Bourne, et il est beaucoup plus facile de suivre le scénariste sur les pistes qu'il ouvre pour la réflexion de ses lecteurs.
C'est par exemple avec une grande justesse qu'est abordée dans ce volume la question du conditionnement de l'être humain voué à devenir martyre pour sa cause. Les moments-clé de cette mise en condition sont finement décrits, et Christin y confronte le lecteur via la position d'observatrice active de son héroïne. Il fallait pour cette série emprunte d'une profonde introspection un dessinateur sur la même longueur d'ondes, et ce fut donc André Juillard. Son trait apaisé, l'atmosphère presque contemplative qui se dégage de la lecture, font de Léna une série vraiment originale et à la justesse de ton infinie.
Léna se retrouve seule, en Russie à l'issue de sa mission, et on se prend à espérer une troisième histoire au cœur de la Russie de Poutine, pour une "partie de chasse" du XXIe siècle...

Citation

Dans un coin, il y a un groupe de conseillers anglo-saxons expliquant à des hommes d'affaires géorgiens comment il faut appliquer les nouveaux principes du capitalisme moderne plutôt que les vieilles recettes de la corruption locale.

Rédacteur: Frédéric Prilleux dimanche 06 décembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page