Maudit printemps

Les mots 'surveillance', 'espionnage' ne cessent de surnager dans mon esprit, puisque je suis convaincue que la vidéo que je visionne a été enregistrée à son insu.
Patricia Cornwell - Inhumaine
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Policier

Maudit printemps

Assassinat - Urbain MAJ samedi 01 septembre 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 7,8 €

Antonio Manzini
Traduit de l'italien par Samuel Sfez
Paris : Folio, mars 2018
352 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-07-278244-2
Coll. "Policier", 851

Irrésistible

À la suite d'une sanction professionnelle, le sous-préfet Rocco Schiavone s'est vu muté de sa ville natale Rome, pour la paisible ville d'Aoste. Mais la tornade romaine ainsi qu'une succession d'événements intrigants vont bousculer le train-train quotidien de la vie de la sous-préfecture. Rocco et ses hommes vont devoir enquêter sur la disparition inquiétante d'une adolescente, une affaire qu'ils doivent mener en secret pour ne pas éveiller les soupçons, ni des ravisseurs, ni des autorités supérieures, car Rocco est sur la sellette...
Quel bonheur de lire les histoires d'Antonio Manzini, également acteur, réalisateur et scénariste, car elles sont toujours très drôles et intelligentes. Le total décalage entre cet énergumène renfrogné et sa brigade, le Romain citadin pressé confronté à des officiers valdôtains un peu benêts sur les bords, donne lieu à des situations cocasses drolatiques. L'on sent bien le tempérament de feu de l'auteur, sa filiation à l'audiovisuel est prégnante, ce qui donne une écriture précise et des scènes très visuelles, comme un scénario. Dans le même temps, l'intrigue est admirablement bien construite et plus complexe qu'elle n'en a l'air. Des sous-intrigues viennent s'ajouter et font le lien entre Sueurs froides, le roman précédent, et, nous l'espérons, le suivant, Un homme seul.
Un livre qui nous fait fondre de plaisir, comme neige au soleil !

Citation

Aoste s'était réveillée blanche de neige, et Rocco sortit de la préfecture en maudissant les quatre saisons, le mois de mai et surtout cette terre snobée par le soleil.

Rédacteur: Carine Bach samedi 01 septembre 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page