Crotales

Celle-là, alors, elle était raide ! Comment, voilà un mec qui me pique ma femme, qui se la farcit de A jusqu'à Z, presque sous mon nez et c'est moi qui ai tort ? Je les avais mis en l'air tous les deux, d'accord, j'en avais même déquillé un troisième qui n'avait rien à voir dans le spectacle, mais enfin, c'était bien mon droit.
André Héléna - Les Salauds ont la vie dure
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Le Loup d'Hiroshima
Premier roman japonais publié par l'Atelier Akatombo lancé par l'auteur de polars Dominique Sylva...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 14 août

Contenu

Roman - Noir

Crotales

Tueur en série - Drogue - Gang MAJ mercredi 25 juillet 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 9,9 €

Jean-Luc Bizien
Paris : Le Toucan, janvier 2018
490 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-8100-0821-6
Coll. "Toucan noir poche"

Narco c'est trop

L'ancien officier du renseignement nord-coréen Paik Dang-Soo n'est pas mort dans les galeries sous Manhattan en recherchant un monstrueux tueur en série. Il s'est réfugié à Ciudad Juarez, où il participe à des combats clandestins pour le compte de Torres, un caïd local. C'est là que le repère Luca Nero, envoyé des familles mafieuses que Paik a contribué à décapiter afin de nouer de nouveaux liens avec les narcotrafiquants locaux. Il y voit l'occasion rêvée de se faire bien voir de ses supérieurs. Il y a aussi ce tueur en série, fils d'une famille dégénérée, qui allume au fusil longue portée ses cibles choisies au hasard de l'autre côté de la frontière. Et qui espère entrainer son petit frère en mal de reconnaissance dans son sillage...
Comme quoi Jean-Luc Bizien a réussi à nous damer le pion, et sa trilogie ne s'est pas conclue avec Le Berceau des ténèbres... Crotales c'est avant tout un changement de décor, des profondeurs de New York à à Ciudad Juarez, décor souvent employé ces temps-ci, mais qui n'a connu que des changements cosmétiques depuis Police frontière (le film de 1982 avec Jack Nicholson). Défilé de narcos, de truands shootés, de policiers plus ou moins corrompus, de caïds amateurs de molosses tueurs d'hommes... Le tableau est connu, d'autant que le roman prend un certain temps à démarrer pour de bon. Mais une fois que l'intrigue prend sa vitesse de croisière, on n'est pas déçu : l'ensemble est âpre, violent sans tomber dans la complaisance, et Jean-Luc Bizien écrit certainement les plus belles pages de sa carrière en présentant cette famille de Texans dégénérés abritant un tueur semblant sorti d'un roman de Jim Thompson. Le tout jusqu'à une conclusion belle et noire à souhait introduisant une révélation inattendue reprenant (sans déflorer) l'archétype de la femme fatale. Comme la fin est ouverte, on attendra prochainement et avec impatience le retour de Paik Dang-Soo !...

Citation

C'était l'éternelle histoire d'amour et de haine qui voyaient gangsters et civils danser un tango mortel. Un pas en avant, deux pas en arrière, une pirouette et on repartait.

Rédacteur: Thomas Bauduret mercredi 25 juillet 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page