Le Blues du boxeur

Ainsi, une espionne déguisée en religieuse possède, avec sa cornette, à la fois une excellente couverture et une merveilleuse cache.
Philippe Valode - Espions et espionnes de la Grande Guerre
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 20 juin

Contenu

Roman - Noir

Le Blues du boxeur

Sportif - Urbain - Trafic MAJ lundi 04 juin 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Michael Engaard
Svækling - 2017
Traduit du danois par Suzanne Juul, Bernard Saint Bonnet
Montfort-en-Chalosse : Gaïa, mai 2018
320 p. ; 22 x 13 cm
ISBN 978-2-84720-861-0

Au cœur du K.O.

Quand la réalité est mauvaise, on peut l'appréhender en la bourrant de coups de poing ou chercher des mots à mettre dessus pour la maintenir à distance. Boxe, littérature : deux domaines que tout oppose, et pourtant... C'est justement tout l'enjeu du Blues du boxeur de Michael Engaard, écrivain et journaliste danois, que de réunir ces deux opposés à travers deux personnages : Franck, ancien boxeur tenant un atelier de carrosserie, et Ellen, infirmière à domicile, tous les deux habitant Vesterbro, un quartier ouvrier de Copenhague. A priori, compte tenu du titre et du contexte, on pourrait s'attendre à un roman noir dans la veine de ceux d'Europe du Nord que publie Actes Sud. Mais justement, et c'est là toute la subtilité de son auteur, l'ouvrage se sert de certains codes pour mieux les détourner.
Quelqu'un en veut au père de Franck, lui-même ancien boxeur et entraîneur. La piste est lancée. Des Chinois semblent être dans le coup, à moins qu'il ne s'agisse d'obscurs trafiquants de cigarettes. Bien vite cependant, l'intrigue va se focaliser sur le passé de Franck, sa dernière victoire avant qu'il ne raccroche les gants, ses relations avec son père et... Ellen qui vient s'occuper de ce brave papa qui pourrait bien cacher un secret bien plus dense qu'un trafic de clopes.
Alors, dès ce moment-là, le roman prend une autre ampleur : celui des relations entre un père et son fils, entre un carrossier mal dégrossi et une femme bienveillante qui ne soigne pas seulement les maux du corps. Au fil du récit, nous pénétrons aussi dans une ville attachante, tout en clair-obscur, avec ses bars et ses salles d'entraînement, où il se pourrait bien aussi qu'une autre femme devienne à son tour championne du Danemark... Le Blues du boxeur émeut, car il parle de gens simples et de sentiments universels. On attendait un polar ou un roman sur la boxe. On se retrouve avec un livre sans étiquette, généreux et clair comme le regard d'eau bleu des gens de là-bas.

Citation

Franck ne gardait en mémoire que des fragments du combat qui avait changé le cours de sa vie. Il ne saurait jamais si cet événement-là lui avait forgé un meilleur avenir, mais il y avait incontestablement un avant et un après.

Rédacteur: Pascal Hérault lundi 04 juin 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page