XIII Mystery - Irina

Modération ? Qui c'est celui-là ? Je ne le connais pas, dit-il en sifflant d'un trait le verre que je viens de lui servir.
Joseph Farnel - Escort girl à louer
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 22 septembre

Contenu

Bande dessinée - Thriller

XIII Mystery - Irina

Politique - Tueur à gages - Vengeance MAJ lundi 16 novembre 2009

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 10,4 €

Éric Corbeyran (scénario), Philippe Berthet (dessin)
Dominique David (coloriste)
Paris : Dargaud, octobre 2009
56 p. ; illustrations en couleur ; 30 x 23 cm
ISBN 978-2-505-00692-3

La genèse d'une tueuse

Dans la série XIII créée par Jean van Hamme, Irina est une tueuse d'origine russe enrôlée par La Mangouste afin qu'elle élimine XIII. "XIII Mystery" est une série en marge qui revient sur les personnages principaux de la saga treiziste. Chaque volume est à la fois une brique de l'ensemble et un one shot en ce sens où l'on demande à un couple scénariste-dessinateur de ne réaliser qu'un seul tome. Dans cet épisode, Éric Corbeyran au scénario et Philippe Berthet au dessin s'attardent sur le personnage trouble d'Irina. Comment en est-elle arrivée à devenir cette tueur froide, sanguinaire et en apparence dépourvue de sentiments ? Retour sur la genèse d'une tueuse du KGB...
Une nuit d'hiver en Biélorussie. Un orphelinat. Deux pensionnaires de quinze ans réveillées la nuit pour assouvir les pulsions sexuelles d'un officier russe de passage. L'histoire et la lame d'un couteau dérapent. Irina n'a pas vu comment Julia a été tuée mais elle sait additionner deux et deux. Elle s'enfuit. Est rattrapée par le KGB qui s'étonne de ses prouesses et de ses aptitudes. Elle est alors enrôlée, formée. Irina n'a cependant qu'un seul but en tête : démasquer, retrouver et tuer l'assassin de son amie d'enfance. Elle finit par débarquer aux États-Unis en pleine glasnost, elle ne sent pas le vent tourner et devient un danger pour son propre employeur qui va alors tenter de l'éliminer. Mais La Mangouste veille.
Dans ce volume hommage à XIII, la tâche la plus ingrate revient à Philippe Berthet qui doit s'accommoder mais aussi s'approprier les personnages imaginés par van Hamme. Recréer mais pas plagier. Corbeyran lui a cependant facilité la chose en ne faisant pas apparaître XIII himself. Nul doute que Philippe Berthet lui a alors dressé un cierge. Les deux auteurs font néanmoins deux clins d'œil au treizième volume avec une succession de planches vers la fin de cette bande dessinée qui sont des déclinaisons recadrées de celles faites par van Hamme. Avec leurs ajouts à eux et un choix plus simple. On assiste immanquablement à l'irrésistible ascension dans le domaine du Mal d'une jeune femme convaincue et déterminée que rien ne prédisposait à un tel avenir. À moins que des adultes décident que l'enfance n'a que trop durée. Une bande dessinée qui se lit avec plaisir. Une héroïne horrible à laquelle on s'attache. On aurait envie d'une suite qui s'avère impossible : il n'est pas encore l'heure de faire des entorses au règlement édicté par van Hamme qui pourrait se résumer ainsi : "Venez à XIII, mais n'y revenez pas !"

Citation

J'étais capable d'affronter un adversaire au corps à corps avec un capuchon de stylo, un cure-dent ou une allumette...

Rédacteur: Julien Védrenne jeudi 12 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page