La Face cachée de Ruth Malone

Montrez-moi quelqu'un capable de trouver un appartement aussi vite à Berlin, je vous prouverai que c'est un assassin.
Jonathan Rabb - Rosa
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 22 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La Face cachée de Ruth Malone

Social - Assassinat - Procédure MAJ mercredi 21 février 2018

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Emma Flint
Little Deaths - 2017
Traduit de l'anglais par Hélène Amalric
Paris : Fleuve, octobre 2017
432 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-265-11642-9
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Portrait de femme

Dans les années 1960, à New York, une jeune femme divorcée essaie tant bien que mal d'élever à la fois ses enfants et de mener une vie libre, ce qui déplaît fortement à ses voisines, femmes au foyer plus réctionnaires. Le fait qu'elle ramène régulièrement des hommes à la maison, et que le dernier d'entre eux, soit d'ailleurs un homme des milieux criminels, n'aide pas à ce qu'elle fréquente un "autre monde". Un soir, elle couche ses enfants, mais durant la nuit ils disparaissent, et ne sont retrouvés que quelques jours plus tard, assassinés. Il y a des contradictions entre son témoignage et les indices recueillies par la police. De plus, le policier chargé de l'enquête est d'emblée convaincu de sa culpabilité. Aussi ne cherche-t-il que les éléments qui lui permettront de développer sa thèse. Et il ne tarde pas à trouver un allié en la personne d'un journaliste, débutant, horrifié par le crime, mais en même temps fasciné par la criminelle potentielle. Mais est-elle vraiment coupable ? Là est la question !
Le récit d'Emma Flint n'est pas stricto sensu un récit policier. Bien sûr, il y a des meurtres mystérieux, et il y aura une résolution de l'affaire (inspirée d'une histoire vraie semble-t-il : normal pour une auteure passionnée par le true crime). Mais le propos d'Emma Flint tient dans la construction de ses personnages. Le policier est un bloc monolithique, un inspecteur à l'ancienne qui fonce sans se soucier des dégâts collatéraux et qui est prêt à déformer les faits si cela peut permettre de boucler un dossier. Le journaliste, lui, est un idéaliste qui croit rendre compte de la vérité mais qui découvre par ailleurs que son métier est de flatter les goûts des lecteurs, de travestir les faits pour répondre aux demandes de sa rédaction qui a besoin de vendre, de créer de l'espace rentable pour satisfaire sa régie publicitaire. Mais Emma Flint travaille surtout sur le portrait de son héroïne. C'est une femme des années 1960 qui aspire confusément à autre chose que la simple reproduction du modèle dominant machiste, mais c'est une femme qui ne sait pas comment faire et surtout qui est l'objet des reproches de tous, y compris des autres femmes. C'est plus la tragédie, la descente vers les enfers que subit cette femme qui est décrite que la méticulosité d'une enquête, prétexte intéressant pour décrire une société figée dans ses certitudes.

Citation

Quels que soient les doutes qu'il pouvait entretenir sur la culpabilité de Ruth, Pete avait besoin d'un angle solide sur lequel s'appuyer pour écrire.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 21 février 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page