Irrévocable

Plus j'avance dans mes recherches, plus je suis convaincu que le Liber Octavus de Vésale est la seule chance qui nous reste.
Jordi Llobregat - Le Huitième Livre de Vésale
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

samedi 17 février

Contenu

Roman - Policier

Irrévocable

Social - Procédure - Complot MAJ mercredi 14 février 2018

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Andreas Pflüger
Endgutig - 2015
Traduit de l'allemand par Pierre Malherbet
Paris : Fleuve, janvier 2018
544 p. ; 21 x 15 cm
ISBN 978-2-265-11659-7
Coll. "Fleuve noir. Thriller"

Œil pour œil

Afin de présenter un nouveau personnage de policier ou de détective, les romanciers ont le choix de s'inscrire dans la tradition et de mettre en avant une variation sur un thème connu ou d'essayer de trouver une particularité qui assoit les qualités particulières de leur héros. Au fil des années, on a eu le droit à un détective sans nom, un manchot, un homosexuel, un drogué, etc. Mais s'il y a bien un "défaut" que l'on réservait aux victimes ou aux témoins, c'était le fait d'être aveugle, à l'exception notable de Max Carrados, le personnage créé par Ernest Bramah en... 1914 ! Cette injustice toute contemporaine est aujourd'hui réparée par Andreas Pflüger. En effet, le prélude nous raconte une arrestation mouvementée au cours de laquelle Jenny, sa policière spéciale, est pourchassée par des criminels et perd la vue. Reconvertie comme experte, elle a développé par la force de sa volonté et avec l'aide de spécialistes, des stratégies pour passer outre cet handicap. Confrontée à des événements étranges qui se passent dans la prison où est détenu le frère de celui qui l'a rendu aveugle, elle commence à enquêter sur ce fait étrange. En même temps, elle est obnubilée par les "trous" de sa mémoire, justement à propos de l'échange de coups de feu qui lui a valu de devenir aveugle et dans lequel elle a également faillit perdre son compagnon. Bien entendu, le présent et le passé vont se recouper pour créer une atmosphère envoûtante. D'un côté, nous assistons au jeu de pistes morbide laissé par un criminel qui pourrait être un nouveau Moriarty tant il anticipe les actions de ses ennemis et sait se débrouiller en toutes circonstances - les pages dernières nous révélant son but ultime. D'un autre, nous suivons à la fois l'enquête policière et les liens forts qui se sont créés dans cette brigade spéciale qui travaille sur le grand banditisme international, et les efforts (insensés) que fait l'héroïne pour se débrouiller dans la vie courante et professionnelle - à tel point qu'on la verra à la fin du roman conduire une voiture. La postface explique sur quels ouvrages et tentatives s'est appuyé Andreas Pfügler pour rendre son roman réaliste. Même si l'on peut douter de la capacité à conduire un véhicule, le reste des expériences vécues par le personnage central semble raconté avec réalisme et décrit bien ce que doit être la vie d'une aveugle et les nouvelles sensations développées pour contrecarrer la perte de vue.
Andreas Pflüger, scénariste multirécidiviste pour Tatort, a construit une intrigue implacable, mélangeant le thriller classique avec des personnages aux motivations complexes (inspirés des codes des samouraïs) et une héroïne centrale atypique, forte et crédible (quasiment tout le temps) qui, devenue aveugle, sonde avec encore plus de facilité les cœurs et les reins, pour offrir un roman prenant et surprenant, une découverte intéressante de ce début d'année.

Citation

Elle tente de le frapper. Il esquive de ses deux mains ficelées sans effort, lui assène un coup de poing dans les reins et la balance de nouveau dans le cagibi. Elle est étendue contre la femme morte.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 14 février 2018
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page