Mort d'un chinois à La Havane

L'un d'eux avait même dit qu'il n'y était pour rien et que, s'il avait reconnu les meurtres, c'était uniquement pour que sa famille soit prise en charge par le Hamas.
Pierre Pouchairet - Une terre pas si sainte
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Stone Junction
"Œuvre culte de la contre-culture américaine... l'un de ces rares ouvrages capables de changer la vie...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 23 juillet

Contenu

Roman - Policier

Mort d'un chinois à La Havane

Hard boiled - Mafia MAJ lundi 23 novembre 2009

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

Tout public

Prix: 5,5 €

Leonardo Padura
La Cola de la serpiente - 2000
Leonardo Padura (notes)
Traduit de l'espagnol (Cuba) par René Solis
Paris : Points, novembre 2009
98 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-2-7578-1163-4
Coll. "Policier", 2277

Immersion dans le Chinatown cubain

Pour celles et ceux qui l'ignoreraient, Cuba a également sa communauté chinoise. Là-bas, dans une tentative avortée de se fondre dans le paysage, les Chinois prennent un prénom aux consonances latines en lieu et place du leur. Il en résulte de joyeuses sonorités. Mais s'appeler Juan Chon, ne vous permet pas de rouler des "r" qui n'existent pas en Extrême Orient. À la place de Mario Conde, on se dirait que cette histoi'le sent le Chinois à plein nez. D'ailleurs, il le dit lui-même. On a retrouvé un corps pendu amputé d'un doigt et un cercle tracé sur la poitrine. Un simulacre de la Zaranbanda - autrement dit de la nganga de sorcier congo avec une pointe de yoruba ; rien de tel pour éloigner les foules rendues docilement crédules par les sorciers vaudous. Mais on ne la fait pas à un Conde à la recherche qui croit plus en un bon whisky (et aux démons qui l'accompagne) qu'au Malin (Malin et demi). Le mort était un banquier chinois qui travaillait pour la mafia et qui a sûrement tenté une ultime entourloupe. Mario Conde va alors tenter de mener de front une double enquête : celle purement criminelle - chercher l'assassin ; celle plus personnelle - enquête-investigation-reportage sur qui sont ces Chinois qui forment une communauté à la fois étrange et très fermée.
Leonardo Padura qui a écrit ce roman en marge de sa tétralogie sur Mario Conde, comme il l'explique dans une note en guise de préface à cet ouvrage, nous délivre un court roman rythmé heurté cependant eu égard aux tentatives de compréhension de cette obscure langue qu'est l'espagnol sauce chinoise avec pointe de français. Il faut bien l'avouer, pendant trente pages, l'on se demande s'il faut tomber l'aspirine ou le livre. Et puis on se dit que Diable, c'est quand même Padura derrière tout ça. On s'accroche... puis on s'envole. On sourit un peu car si on aime Mario Conde c'est aussi parce qu'il est d'une naïveté classe et crasse. Dans un pays rongé administrativement de l'intérieur, on a les moulins qu'on mérite. Alors, Mario Conde combat solitaire l'ennui et les bandits. Bien souvent, il gagne contre les bandits et, s'il n'arrive pas à vaincre son ennui, le nôtre lui s'évapore. Et c'est pour ça qu'on ne doit pas être rebuté par ces trente premières pages à 'louler des 'l. El Conde pasa...

Citation

L'un des rêves récurrents du Conde était qu'il existait à La Havane un bar où l'on connaissait ses préférences éthyliques.

Rédacteur: Julien Védrenne vendredi 06 novembre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page