Au nom des pères

Nommer une chose, c'est attirer son attention. La nommer correctement, c'est la rendre réceptive. C'est pour cela que la magie est si particulière. Elle réclame de connaitre les noms des choses et de savoir les charmer, avant même de songer à les utiliser. Ces noms, on les découvre en tâtonnant, en faisant fonctionner son intuition et son intelligence.
Erik L'Homme - A comme Association. 1, La Pâle lumière des ténèbres
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 19 novembre

Contenu

Roman - Policier

Au nom des pères

Historique - Social - Guerre MAJ mercredi 20 septembre 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Oliver Bottini
Im Auftrag der Vater - 2007
Traduit de l'allemand par Didier Debord
La Tour-d'Aigue : L'Aube, avril 2017
394 p. ; 22 x 15 cm
ISBN 978-2-8159-1228-0
Coll. "Noire"

Dans les brumes de l'âme allemande éternelle

Louise Boni est une policière qui a une dépendance à l'alcool qui ne l'empêche absolument pas de vouloir faire son travail le plus correctement possible. Surtout à l'image de sa région, où tout semble plombé par le froid, la pluie et le brouillard, elle a l'air de traverser la vie comme une âme en peine. Près d'elle, son ancien adjoint qui depuis un an, et leur dernière affaire commune, n'a pas repris le travail. Mais voilà qu'une nouvelle affaire arrive, et Louise Boni va avoir besoin de ce collègue car il connaît la langue et la région d'origine d'un suspect, la Croatie. En fait, cela va surtout permettre à Oliver Bottini de raconter une histoire ancienne et de replonger dans le passé de l'Allemagne, et pas seulement celui de l'Allemagne nazie Pas uniquement les méchants nazis. Durant des siècles, les différents gouvernements des États allemands, unifiés ou séparés, ont eu une politique de colonisation vers l'est. Aussi, de nombreuses communautés, linguistiquement et culturellement allemandes, ont grandi dans les grandes banlieues de l'empire prussien ou austro-hongrois. Avec les différentes guerres, ces Allemands ont été l'objet d'attentions diverses et variées si bien qu'ils ont souvent été le dindon de la farce. Par exemple, annexés au Reich hitlérien, ils en ont subi le terrible contre-coup après la défaite de 1945. Après cette escapade historique, revenons maintenant à l'intrigue. Paul Niemann est un honnête fonctionnaire allemand. Lors de la guerre en Yougoslavie, il a dû s'occuper des réfugiés, mais a dû surtout travailler avec des consignes très dures. Y a-t-il un rapport avec cet homme à l'accent étrange qui, des années plus tard, rôde autour de sa maison et lui annonce que, justement, cette maison sera bientôt la sienne ? Chargée d'enquêter, Louise Boni devra remonter le cours du temps en ayant l'impression qu'elle ne pourra que retarder l'inévitable, qu'elle ne pourra pas grand-chose contre des forces historiques à l'œuvre depuis des siècles.
Il faut aimer les enquêtes lentes, les digressions sur les personnages, les déplacements décrits avec soin. Le temps semble ici distendu, comme dans les vieux films de Wim Wenders. À travers des ciels brumeux, des personnages fantomatiques avancent avec peine dans des décors eux aussi fantomatiques. L'intrigue est en filigrane, ne servant que de trame à des descriptions de paysages, d'états d'âme, de réminiscences et de souvenirs. Au nom des pères demande une grande capacité d'attention pour le lecteur, sans même savoir s'il en tirera un bénéfice substantiel, tant l'intrigue se perd elle aussi dans les méandres vaporeux, dans l'obscurité des fins de journées en automne.

Citation

Elle retourna la fiche, regarda la photo. Les yeux légèrement baissés, les joues tendues, mais cela ne voulait rien dire : on pouvait être tendu face au service pour les étrangers d'un pays inconnu.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 20 septembre 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page