Agent double

Vous ne vous rendez pas à Capitol Hill pour leur apprendre que vous aidez vos voisins et alliés à se défendre contre les guérilleros marxistes ; non, vous envoyez vos soutiens au sein de la DEA demander de l'argent pour empêcher la drogue de salir les blanches mains des jeunes Américains.
Don Winslow - La Griffe du chien
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 septembre

Contenu

Roman - Espionnage

Agent double

Fantastique - Scientifique - Complot - Horreur-gore MAJ mercredi 21 juin 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 23 €

Daniel O'Malley
Stiletto - 2016
Traduit de l'anglais (Australie) par Valérie Le Plouhinec
Paris : Super 8, juin 2017
884 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-37056-081-0

Monstres & Cie

On a assisté avec X-files au retour d'un genre né dans les romans-feuilletons du XIXe siècle, qui exploraient le thème des sociétés secrètes manipulant le réel, ou cachant des choses pour que l'Humanité ne souffre pas trop. Deux grandes sociétés de ce genre sont dévoilées dans ce deuxième volet d'Au service surnaturel de Sa Majesté de l'Australien Daniel O'Malley. D'un côté nous avons la Checquy, un service secret britannique qui tente de surveiller toute manifestation de surnaturel, d'enquêter dessus et de faire disparaître les traces, preuves ou dangers que cela pourrait provoquer. Pour ce faire, le service recherche tous les talents étranges que pourraient avoir les Britanniques et les embauche. De l'autre nous avons les Greffiers, une société de chimistes et physiciens belge, qui poursuivent des recherches scientifiques, y compris en transformant les humains ou les animaux pour en faire des surhommes ou suranimaux, ou "simplement" qui les modifie génétiquement. Ces deux sociétés se sont déjà violemment affrontées il y a des siècles, mais les traumatismes nés de cette situation sont encore bien présents. Pourtant, la société hollandaise vient de proposer d'entamer des pourparlers afin de stopper cette guerre et elle accepterait même de se ranger sous la bannière des Britanniques. Des négociations commencent mais la défiance est de mise entre les deux services, et chacun s'espionne et ce d'autant plus que les deux adversaires soupçonnent que l'ennemi a un plan caché. Lorsque la conférence débute et que des actions surnaturelles se manifestent de manière extrêmement violentes, les antagonismes repartent à la hausse et les tensions deviennent encore plus palpables.
Il incombe que le lecteur accepte les prémices de cette histoire afin d'apprécier tout le sel de l'aventure qui nous est proposée. Le roman se découpe en deux éléments avec les plans, contre-plans et stratégies des différents camps pour s'assurer de ne rien perdre dans cette alliance, et des scènes plus actives de lutte contre des monstres bizarroïdes, des traîtres dans un camp ou dans l'autre, des gens qui veulent empêcher les accords de se faire pour des raisons obscures, voire évidentes. Si Agent double est la suite de The Rook, il ne s'en lit pas moins de manière indépendante (même s'il est préférable quand même pour peu que l'on aime les séries rocambolesques de commencer par le premier volume). Daniel O'Malley réussit à mettre dans son texte un peu d'humour qui permet de faire passer quelques longueurs. C'est une grande série B, intelligente, menée avec soin et qui présente des scènes très intéressantes même si elle s'éloigne des canons du genre (mais c'est là sans doute une constante des ouvrages édités chez super 8). À lire, mais évitez de croiser la route au détour d'une page d'une goule anthropophage !

Citation

Et là, les traits d'Annabelle changèrent. Sous les yeux horrifiés de la délégation, les muscles de son visage se soulevèrent par vagues, changèrent de place et se réorganisèrent, poussant certaines zones vers l'extérieur, durcissant ses courbes douces pour former une face plus longue, plus anguleuse.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 21 juin 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page