L'Imprévu

- Je ne me reproche rien. Je veux juste savoir pourquoi ça a mal tourné. - Pour un million de raisons. Organisation merdique, tuyaux merdiques, routes merdiques, manque de bol...
Peter Spiegelman - À qui se fier ?
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 18 septembre

Contenu

Roman - Thriller

L'Imprévu

Social - Disparition - Mafia - Trafic MAJ jeudi 26 juillet 2018

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Chris Bohjalian
The Guest Room - 2016
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Caroline Nicolas
Paris : Le Cherche midi, mars 2017
380 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-7491-5388-9
Coll. "Thriller"

Un enterrement (de vie de garçons)

Le mariage devrait être un des moments les plus importants de votre vie et vous devriez le commencer, entre autres, par une réflexion sur les liens qui vont vous unir l'un et l'autre, selon vos attentes respectives. aux liens qui vont vous unir, à la fidélité, ce genre de choses. Mais quand vous êtes une jeune tête brûlée, vous avez d'autres idées qui vous passent par la cervelle, et le mariage c'est avant tout organiser sa dernière soirée de célibataire. Pour ce faire, Philip a une idée toute simple et pas très originale : passer une soirée avec quelques amis et des strip-teaseuses. Mais il aimerait que cela soit classe et en outre il préférerait le faire dans une maison discrète plutôt que dans un bar. Ça tombe plutôt bien car Richard, son grand frère, solide banquier d'affaire, a une belle maison. S'il accepte de la prêter à cette occason, il impose d'y rester afin de surveiller les éventuels débordements de son frère et de ses amis. Tout pourrait donc n'être qu'une soirée alcoolisée avec quelques parties de jambe en l'air, et basta. Mais les deux call-girls qui viennent, accompagnées de deux gardes du corps patibulaires, ont d'autres idées. L'une des leurs a essayé de trahir les marchands d'esclaves qui les exploitent en parlant à la police. Elle a disparu et ses deux copines pensent que le même sort leur est réservé. Aussi, ont-elles décidé de tuer les deux gardes du corps avant de fuir. Allez après expliquer à votre femme, vos amis, vos voisins et votre patron pourquoi deux mafieux sont en sang sur votre canapé après une soirée avec des prostituées peut-être mineures !
Le récit de Chris Bohjalian se déroule en deux sous-intrigues qui sont jointes au début, vont bifurquer puis se recroiser pour le final. D'un côté, nous suivons le destin de Richard, qui doit se démener pour prouver qu'il n'a été qu'un témoin dans toute cette sordide histoire. Il doit renouer avec sa famille et lutter contre ses employeurs qui ont décidé qu'il faisait une très mauvaise publicité à leur banque. De l'autre, nous allons suivre le destin depuis l'enfance d'une jeune femme des pays de l'Est. Espérant devenir ballerine, elle va subir mille sévices et être forcée à travailler comme call-girl de luxe, jusqu'à ce voyage aux États-Unis qui pourrait s'avérer être la fin du voyage. Toute la partie mettant en scène un Américain aisé, pris dans les tourments et le qu'en-dira-t-on, ne crée pas beaucoup de suspense et reste très classique dans sa description d'une vie de couple perturbée, voire chahutée par tout ce qui arrive. L'autre partie, s'appuie sur une documentation précise et elle décrit comment on passe d'une petite fille aux rêves d'enfant à une belle jeune femme s'enroulant autour d'une barre de fer dans des clubs miteux ou avec à peine plus de chance dans des soirées privées plus lucratives pour ses patrons. Mais là, même documenté, c'est un sujet à présent connu . Même s'il est raconté avec soin et que Chris Bohjalian l'insère dans une intrigue, les éléments restent assez à plat, sans grand relief. Le final, un peu inattendu, ménage un rebondissement, mais l'ensemble du roman, bien écrit (très littéraire, peut-on lire en quatrième de couverture), tire beaucoup plus d'un roman psychologique traditionnel, avec éléments ressortant du genre, qu'à un récit proprement noir. Les trois meurtres qui parsèment le récit sont quasiment allusifs, les policiers ne sont qu'un bruit de fond. L'Imprévu est le genre d'honnêtes téléfilms que l'on peut voir à la chaîne ou de roman auquel il manque la folie d'un auteur pour emporter le lecteur dans la véritable noirceur de l'esprit humain.

Citation

Et c'est là qu'il entendit le second coup de feu et eut la conscience de quelque chose qui lui percutait le crâne avec une force incalculable - pendant une minuscule fraction de seconde, il songea accident de voiture, comme s'il imaginait sa tête allant s'écraser contre un pare-brise - puis...

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 24 mai 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page