Fugitifs

Il récupéra le Ruger sur les genoux du gamin. La pluie qui tombait. La radio qui braillait. Le gamin mort depuis longtemps.
Urban Waite - Les Charognards
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

lundi 24 septembre

Contenu

Roman - Policier

Fugitifs

Enquête littéraire - Arnaque - Disparition MAJ jeudi 04 mai 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22 €

Christopher Sorrentino
The Fugitives - 2016
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Julie Sibony
Paris : Sonatine, avril 2017
436 p. ; 20 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-550-5

Fugue en mode mineur

Il y a des moments dans la vie où chacun s'inquiète devant les responsabilités qui lui incombent, et certains décident à ce moment-là de s'engager dans une trajectoire de fuite. C'est le cas de Sandy Mulligan, un écrivain en panne d'inspiration dans ce nouveau roman de Christopher Sorrentino. En même temps, il a trompé sa femme et a chassé sa maîtresse qui s'est ensuite suicidée, et cela a sans nul doute influé sur son besoin de fuite. Donc, il se repose dans une petite ville en pensant terminer son dernier livre mais rien n'avance. Lorsqu'il rencontre Kat, il imagine refaire sa vie et n'hésite pas à lui mentir pour se faire mousser et la séduire. Mais Kat est une journaliste qui veut progresser et dénicher des scoops. Difficile à faire quand on travaille pour un petit journal local où rien n'est vraiment captivant pour le public. Elle croit pourtant trouver l'inspiration lorsqu'elle assiste à une animation de John Salteau, un conteur d'origine amérindienne qui lui semble louche et qui pourrait être John Saltino, un petit truand qui travaillait dans un casino local et aurait disparu avec de l'argent détourné par le dit casino. Elle mène l'enquête sans crainte de déplaire aux gérants dudit casino qui sont inquiets devant toute publicité négative.
Dans les dernières pages nerveuses du roman, toute l'enquête policière - c'est-à-dire savoir si John Salteau et John Saltino sont la même personne (pourtant une caissière du casino a reconnu la photo du conteur comme son ex-collègue) - s'éclaire et éclate. Mais, auparavant, ce sont des centaines de pages sur l'angoisse de l'écrivain, sur son propre repli et des retours en arrière sur sa vie new-yorkaise - avec quelques piques cyniques sur les agents ou les éditeurs, sur les fondations qui offrent des bourses et sur sa relation amoureuse et sexuelle avec la brave journaliste dont nous découvrirons quelques détails biographiques. Fugitifs est un roman bien écrit qui rappellera certains passages de l'œuvre de Paul Auster, un auteur qui flirte aussi parfois avec les mauvais genres. Il pourrait même séduire, justement, ceux qui apprécient les histoires un peu relâchées comme savent les écrire l'Américain Paul Auster et le Japonais Haruki Murakami, dans une intrigue post-moderne, légère qui sert de prétexte à des variations stylistiques sur les personnages.

Citation

C'était un matin paisible et ensoleillé sur ce tronçon aérien de la ligne et le wagon n'était que modérément plein, mais le businessman avait poussé un hurlement digne d'une dinde blessée, une brèche acoustique béante par laquelle avait jailli toute une palette de peurs primitives.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 04 mai 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page