Casimodo Royal

La situation commençait à m'intriguer. Mon instinct ne me trompait jamais, j'avais comme l'impression que quelqu'un et même plusieurs personnes avançaient vers nous, à pas feutrés. Ça sentait le roussi.
Jean-Christophe Macquet - Mandoline vs Neandertal
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 28 juillet

Contenu

Roman - Espionnage

Casimodo Royal

Humoristique - Pastiche - Chantage MAJ mercredi 12 juillet 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 15 €

Gordon Zola
Paris : Le Léopard démasqué, mars 2017
200 p. ; 19 x 14 cm
ISBN 978-2-35049-035-9

Une James Bond Girl peu banale !

Gordon Zola a choisi de faire œuvre en littérature humoristique dans une veine initiée par Frédéric Dard. Parmi ses séries, il faut remarquer celles du commissaire Guillaume Suitaume et "Les Aventures de Saint-Tin et son ami Lou". Le phénomène James Bond ne pouvait pas le laisser indifférent. Il propose, dans un cadre tout à fait décalé et novateur, les aventures du pendant féminin du célèbre espion, à savoir Jane Bomb, l'espionne qui n'avait pas froid aux yeux... non plus !
Ernesto Bluff-Hell, le Numéro 1 du SPOULPE (Spoliation, Prostitution, Oppression, Usurpation, Liquidation, Provocation, Extermination) a réuni ses troupes. Il châtie Numéro 4 pour manquements graves dans l'intensité criminelle de son secteur et informe sur l'opération colossale menée avec Daech par Numéro 2, Casimodo Royal, dit la Chiffe. Snake, une jeune femme habillée en bonne sœur, se trouve dans un lieu malfamé de Kampala, en Ouganda, où elle assiste au combat à mains nues de deux hommes. Soudain, tout dégénère avec l'arrivé sur les lieux de Billie Kill, la tueuse au sabre, et de James Bond. Le combat s'engage entre les deux adversaires, mais une phrase suscite la colère du héros. "Coupez !" Car ce n'est que le tournage d'une scène d'un nouveau "James Bond". Cette réplique a piqué l'acteur qui ne veut pas être suspecté d'homosexualité. Or, Terrence Old, le metteur en scène, prône pour un ton nouveau avec moins de testostérone dans le scénario. Dans sa chambre d'hôtel, Snake est sollicitée par Floyd Pink, le régisseur en chef. Il lui demande de séduire le héros pour le manipuler, l'amener à être plus souple avec l'esprit du scénario. Elle exulte car cela correspond à la mission qu'elle a reçue quand elle est entrée au MI7 sous le nom de code d'Eros Eros 7. En fait, les films servent de couverture à de véritables actions d'espionnage et les acteurs qui ont endossé le rôle depuis le début, sont d'authentiques agents. Les scénarios tirés des romans de Ian Fleming sont choisis en fonction du lieu et du type de la mission... La menace vient du SPOULPE qui a commencé à enlever un ancien agent et qui menace de continuer sauf si trois cent millions de livres pour chacun lui sont versés. Il faut donc protéger Daniel Craig et sa mission. Mais comment une jeune espionne peut-elle lutter contre une organisation criminelle aussi structurée et puissante ?
Outre le choix de ses héros inspirés de personnages de fiction, le romancier surfe sur l'actualité et porte sur elle un regard pertinent et d'une belle acuité. Il évoque ces individus peu honorables qui achetaient le pétrole de Daesh, donnant à ces criminels des moyens financiers colossaux. Ainsi, il use de cette actualité pour nourrir ses intrigues car sous des dehors légers, qui semblent aller à la facilité, il y a un énorme travail de rédaction et d'écriture. Frédéric Dard avait toujours confessé qu'il écrivait ses "San-Antonio" en s'amusant, presque sans y penser, qu'ils étaient pour lui un délassement. C'est seulement à la fin de sa vie qu'il a avoué toutes les difficultés, toute la peine qu'il avait à les écrire.
Les romans de Gordon Zola sont débordants d'imagination et de drôlerie. S'il ose des calembours approximatifs, des jeux de mots improbables, la plupart sont particulièrement recherchés et font montre d'une vivacité d'esprit, d'une large culture, d'un art de jouer avec les termes, avec les sons, avec des rapprochements subtils.
Cette approche légère, cet humour qui balaie toute la gamme du potache au noir, au très noir, masque le travail de conception, le sens du comique tant de situation que d'action et une floraison d'images toutes plus attractives les unes que les autres. Il livre au détour de paragraphes des analyses fines d'actions, de références à l'Histoire et au quotidien.
Lire des romans de Gordon Zola est un régal. Et, pour ceux qui connaissent quelque peu les films de James Bond, la lecture de cette parodie est un bonheur littéraire aussi fort que celui ressenti à la lecture d'Alphonse Allais, Sacha Guitry...
Une autre aventure de Jane Bomb est disponible sous le titre L'Espion quitte Mémé.

Citation

SMERSH était l'acronyme russe de Smiert Spionem, "mort aux espions". Il s'agissait d'une vieille organisation soviétique créée par Staline pendant la Seconde Guerre mondiale, destinée à éliminer tous les traîtres de l'Armée rouge, mais également les espions... et les opposants... et les semblants d'opposants... et les presque contre... et les pas tout à fait pour... et aussi un peu les autres ! Bref, tout ce qui pouvait agacer les gencives du "petit Père des peuples" - et, en effet, le petit père dépeuple !

Rédacteur: Serge Perraud lundi 10 avril 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page