Un festival meurtrier

Dans la journée la ville pouvait être sombre et grise. Même ses tours de verre paraissaient bordées de solitude.
Mark Henshaw & John Clanchy - L'Ombre de la chute
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

dimanche 23 avril

Contenu

Roman - Policier

Un festival meurtrier

Fantastique - Tueur en série MAJ vendredi 17 mars 2017

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19,95 €

Marie-Bernadette Dupuy
Paris : Archipel, juin 2016
330 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-8098-1896-3

En amour comme en police, il y a des trios

Ce nouveau roman des enquêtes de Maud Delage cache en fait deux histoires distinctes, deux longues nouvelles ou courts romans, comme l'on préférera, mettant en scène une équipe de policiers du côté de la côte Atlantique. Il y a une inspectrice qui se frotte au surnaturel, son collègue et amant, fonceur et cachottier (il a souvent la solution mais n'en parlera pas avant les dernières pages) et le troisième membre du trio qui tient la chandelle. Dans la première enquête c'est un serial suicideur qui semble menacer la paisible routine du festival de Cognac. Dans la deuxième, les enquêteurs doivent rechercher un homme qui semble avoir disparu mais ils sont en même temps confrontés à des événements surnaturels qui perturbent la maison des voisins de celui qu'ils recherchent. Dans les deux épisodes l'équilibre est maintenu entre une enquête des plus classiques et des éléments sur la vie personnelle des personnages. Afin de pimenter un peu l'histoire, c'est un ancien fiancé de l'inspectrice qui vient se promener dans la région et qu'elle héberge. Souvent, c'est simplement leurs relations personnelles qui sont très compliquées : ils se font la tête sans que l'on comprenne bien pourquoi. Dans le second, c'est la mère de l'héroïne qui vient aider sa fille blessée et qui perturbe la vie du couple. Quand aux enquêtes, en elles-mêmes, elles ressemblent aux séries policières que nous offre France 3 : descriptions de décors régionaux, quelques éléments historiques installés dans le cœur de l'aventure. Mais rien ne dépasse du cadre et l'on a l'impression que l'on va s'endormir tranquillement comme justement dans ces téléfilms régionaux. Un festival meurtrier vise donc un type de lectorat précis : ceux qui apprécient des histoires très classiques, sans fioritures de style ou d'intrigues, un peu calibrées, aux personnages stéréotypés, avec une pointe de surnaturel pour entretenir un suspense, quelques poursuites ou scènes plus rudes pour filer un petit coup de sang.

Citation

Il y a des pizzas au congélateur. je dois aller au château : les gendarmes m'attendent.

Rédacteur: Laurent Greusard vendredi 17 mars 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page