Le Sang du monstre

Quand il avait interdit le commerce des grenouilles, la veille, le juge Ti était loin de penser que cela l'aiderait à mettre au jour un délit d'adultère dès le lendemain.
Zhu Xiao Di - Les Nouvelles affaires du juge Ti
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

On se souvient du nom des assassins
Dans l'un de ses premiers textes policiers, Léo Malet impliquait dans son intrigue une recherche auto...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

vendredi 28 juillet

Contenu

Roman - Thriller

Le Sang du monstre

Psychologique - Tueur en série MAJ jeudi 16 mars 2017

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 21 €

Ali Land
Good me , bad me - 2016
Traduit du par Pierre Szczeciner
Paris : Sonatine, septembre 2016
350 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35584-516-1

Élève modèle

Annie a quinze ans. L'âge où l'on découvre le lycée, où l'on savoure la vie. Surtout qu'Annie a une nouvelle famille : un père, psychiatre aimant, une mère douce, et une sœur. Mais rien n'est jamais aussi innocent qu'il n'y parait. Annie n'est pas de cette famille. Elle a juste été placée en famille d'accueil car sa mère est une tueuse en série, spécialisée dans les enfants, une tueuse qu'Annie a justement dénoncée. Elle se retrouve donc chez le psychiatre qui s'occupe d'elle en attendant le procès de sa mère. Un procès où Annie doit témoigner, y compris sur son éventuelle participation aux crimes maternels... Pendant ce temps, Annie doit composer avec la fille du psychiatre qui a le même âge qu'elle. Très vite, Annie est bizutée et malmenée par la bande de petites pestes qui sévit au lycée. Toutefois, Annie a vécu depuis son enfance avec une tueuse en série qui était très bien notée comme infirmière pour enfants. Elle a appris la dissimulation et n'est pas stupide...
L'idée de départ est très intéressante : Annie est-elle une victime de sa mère, une complice ? L'élève a-t-elle dépassé le maître ? En effet, comment se construire dans un univers de violence ? Si elle est une victime, le retour à la normalité dans une école anglaise où la ségrégation sociale et son statut de fille adoptée pour quelques semaines la prédisposent à de nouvelles violences, avec autour d'elle des adultes qui ont fixé des règles les empêchant de l'aider totalement. Mais le roman s'égare : nous collons au quotidien d'une jeune élève brimée, puis nous allons suivre le procès avec sa mère où visiblement cette dernière très retorse comprend que sa fille est encore plus tordue qu'elle (ce qui lui prouve qu'elle a réussi son éducation) avant d'offrir un final un peu longuet. Le lecteur doit apprécier de se trouver enfermé avec l'ambigüité de son personnage, de suivre pas à pas la psychologie perturbée d'une adolescente qui a vécu avec un tueur en série, de lire une énième histoire de bizutage de lycée, et de trouver son contentement avec l'ambigüité du personnage pour savourer ce roman, emplie de promesse mais un peu trop convenu.

Citation

Être quelqu'un de bien ne m'intéresse plus. la seule chose qui compte, à présent. C'est Ne Pas Se Faire Attraper.

Rédacteur: Laurent Greusard jeudi 16 mars 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page