La Fille dans le brouillard

Quel dommage. Je me disais que tu pouvais prendre un cliché de moi mort sur la civière et le vendre à Benetton pour qu'ils l'utilisent éventuellement dans une publicité.
Mark Leyner - Exécution !
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Fille dans le brouillard

Social - Tueur en série - Disparition MAJ mercredi 01 février 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,5 €

Donato Carrisi
La Ragazza nella Nebbia - 2015
Traduit de l'italien par Anaïs Bokobza
Paris : Calmann-Lévy, août 2016
318 p. ; 23 x 15 cm
ISBN 978-2-7021-6018-3

Laura Palmer dans les Alpes

Avec Donato Carrisi, mener une enquête c'est être dans le brouillard, c'est ne pas comprendre et peu à peu dévoiler les indices afin de réussir à percer la couche de brume. Quand en plus l'histoire qu'il a concocté se déroule dans un village des Alpes, en plein hiver, c'est l'assurance que le brouillard ne risque pas de se lever. Donc, quand la veille de Noël Anna Lou, une jeune fille, disparaît tout le monde est vite en plein émoi. Le commandant controversé, mais plein d'allant et de bagou Vogel est appelé sur place. Si l'on n'arrive pas à trouver le vrai coupable, autant en fabriquer un encore plus crédible. Cela tombe bien : à proximité du lieu où a été vue pour la dernière fois la jeune fille, traîne un professeur de français coupable idéal. Mais derrière tout cela se cache un plan encore plus diabolique.
Difficile d'en raconter plus car l'intrigue de ce roman à suspense est basée sur plusieurs rebondissements, tous plus intelligents et machiavéliques les uns que les autres. Donato Carrisi sait monter une intrigue, et cette intrigue va être racontée de manière particulière, par des allers-retours chronologiques entre le premier et le soixante-troisième jour de l'enlèvement. Sadisme de l'écrivain, reflet de celui de certains personnages, le roman s'ouvre avec le policier retrouvé inconscient, couvert de sang et amnésique. Soigné par un psychiatre, il va néanmoins parvenir à remettre de l'ordre dans une affaire très ténébreuse. En effet, il y a bien des pistes : le village alpin est dirigé par d'anciens habitants devenus riches en vendant des terres très utiles pour l'industrie, mais qui se regroupent dans une version ultra conservatrice du catholicisme, ce qui ne prédispose pas à un très fort épanouissement des adolescents ; Anna Lou avait moult amoureux et l'on n'a pas retrouvé son journal intime ; un tueur en série semble refaire surface... Un focus particulier est ciblé sur le policier qui tire les ficelles, invente les pistes, cache ou détourne des indices afin d'inculper qui bon lui semble (sa carrière semble d'ailleurs devoir des hauts et des bas à cause de cela). Ses liens avec des médias plus charognards que doués pour l'information sont montrés clairement et l'auteur décrit avec soin comment cette double toile s'inscrit autour du professeur de français.
Avec son atmosphère très prégnante,le rendu du brouillard, de la lourdeur, de la rumeur, du poids des mentalités et des regards, de la vindicte populaire et du qu'en dira-t-on, le roman répond bien à son titre. Les personnages semblent cacher des secrets, tout baigne dans le non-dit, comme une chape de plomb à la Twin Peaks, les côtés ésotériques mis à part, où chacun se révélera encore plus tordu que l'autre, où rarement la mort d'une personne n'apparaît comme encore plus absurde, que si la victime était passée entre les mains d'un tueur en série.

Citation

Une lueur nouvelle apparut dans ses yeux et son état de confusion se dissipa, comme cela arrive au brouillard. pourtant, celui qui pesait sur le monde, derrière la fenêtre du cabinet, restait immobile.

Rédacteur: Laurent Greusard mercredi 01 février 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page