Six pieds sous les vivants

- Les flics ne rêvent pas ? - Si, la plupart sont des cauchemars.
Bob Rafelson - Sans motif apparent
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 17 septembre

Contenu

Roman - Policier

Six pieds sous les vivants

Social - Musique MAJ mardi 27 octobre 2009

Note accordée au livre: 2 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 8,5 €

Antoine Chainas
Paris : La Tengo, octobre 2009
206 p. ; 18 x 12 cm
ISBN 978-2-35461-004-3
Coll. "Polar & Rock'n roll"
Mona Cabriole, 12

Ce qu'il faut savoir sur la série

Mona Cabriole est journaliste à Parinews à la rubrique des faits divers. Elle cumule, nous dit son éditeur, "le triple handicap de mesurer un mètre soixante-quinze, d'être sexy et intelligente". MP3 en bandoulière. Rock à fond les manettes, Lou Reed et le Velvet de préférence, Björk en enfilade Place des Vosges. N'enquête jamais officiellement sur les seuls meurtres qui l'intéressent...
La série comportera vingt romans, chacun dédié à un arrondissement de Paris et écrit par un auteur différent.

Mais où la rock-star avait-elle la tête ?

Mona Cabriole est sur une piste : un indicateur à la morgue a un cadavre frais pour elle, le corps sans tête d'une rock-star, Adriana de Rais, apparemment fraîchement suicidée. Du pain béni pour la préposée aux faits divers de Parisnews ! Malheureusement, le temps d'arriver, le corps a disparu. Couac dû à la grève qui frappe l'IML ou trafic de corps ? D'autant plus que ce n'est pas seulement le corps d'Adriana de Rais qui a disparu : les sites Web qui lui sont consacrés sont soudain inaccessibles, et impossible de se procurer le moindre ouvrage sur lui... Sauf dans cette mystérieuse librairie du 12e arrondissement. Le très séduisant libraire, Michel, semble en savoir long sur Adriana de Rais et remet à Mona une brochure dont le chanteur serait lui-même l'auteur. L'enquête sur la rock-star underground emmènera Mona, comme il se doit, dans les profondeurs de Paris, sur la trace d'une étrange secte...

Un roman court et entraînant, dans lequel on suit les aventures de l'héroïne récurrente Mona Cabriole, journaliste de choc un peu potiche mais charmante, cette fois aux quatre coins du 12e arrondissement. On ferme les yeux sur l'intrigue assez foutraque pour se laisser porter le long du quai de la Rapée, ou de Saint-Antoine à la gare de Lyon. On regrette un peu que le concept de la collection ne soit pas exploité jusqu'au bout : en matière de rock, on se limite à une ligne de Bowie par-ci, une référence à Lou Reed par-là, même si les amateurs de rock français apprécieront le clin d'œil à Trust et Silmaris. Mais la plupart des citations de cet opus de "Mona Cabriole" sont de longs textes assez indigestes du chanteur fictif Adriana de Rais alias Albert Duplot, qui semble être au rock ce qu'André Rieu est à la musique classique. Ces longs atermoiements pseudo-mystiques plombent le roman, en cassant l'aspect feuilletonnesque rocambolesque. Dommage !


On en parle : La Tête en noir n°141

Citation

Hommes, femmes, enfants, ça ne faisait aucune différence. Parce qu'ils étaient tous morts. C'est comme ça, quand tu bosses aux faits divers.

Rédacteur: Claire Duvivier mardi 27 octobre 2009
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page