La Voix secrète

Murray était arrivé à la conclusion que les gens sont manichéens. À leurs yeux, on est malade ou bien portant. Fou ou sain d'esprit. Le problème de Sarah, c'est qu'elle échappait aux définitions simplistes, ce que les gens avaient du mal à gérer.
Clare Mackintosh - Laisse-moi en paix
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Guerre est une ruse
Frédéric Paulin retrace avec intelligence l'histoire violente de l'Algérie entre 1992 et 1995, un...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 19 septembre

Contenu

Roman - Policier

La Voix secrète

Historique - Assassinat MAJ mardi 17 janvier 2017

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Inédit

Tout public

Prix: 7,1 €

Michaël Mention
Paris : 10-18, janvier 2017
240 p. ; 18 x 11 cm
ISBN 978-264-06878-1
Coll. "Grands détectives", 5158

Les assassins font-ils de meilleurs policiers ?

Le 9 janvier 1836, à Paris, Pierre-François Lacenaire et Avril, son amant et complice, sont guillotinés. Un mois plus tôt, Pierre Allard est convoqué par le préfet Gisquet. On a livré à celui-ci une sacoche contenant la tête d'une enfant. La tension sociale est forte, explosive. Il faut vite trouver le coupable. Allard mobilise Louis Cauler et son équipe. Ce dernier vit mal depuis l'attentat de juillet dernier perpétué par Giuseppe Fieschi contre le roi Louis-Philippe. Ils finissent par obtenir le vague signalement d'un homme en noir. C'est en commençant son office, dans le passage du Cheval-Rouge, qu'un allumeur de réverbères découvre un corps de fillette décapitée. Or, la tête envoyée au préfet ne correspond pas. Il y a donc deux victimes. Où sont la tête et le corps manquants ? Sur le corps découvert, Allard et Cauler découvrent trois plaies dans le dos. Celles-ci leur rappellent le double assassinat du passage du Cheval-Rouge commis en décembre 1834 par... Lacenaire et Avril. Des complices, des imitateurs veulent-ils perpétrer le mode ? Allard, qui est proche de l'assassin-poète, lui propose de collaborer pour démasquer ce nouveau tueur. Mais, cette relation ne va-t-elle pas entrainer les policiers sur des chemins dangereux, ambigus ?

Les premières années du règne de Louis-Philippe furent très troublées et le Roi des Français la cible de nombreux attentats. Le plus spectaculaire et le plus meurtrier fut celui commis par Fieschi qui fit, avec sa bombe, dix-huit morts et quarante-deux blessés. Bien que son auteur soit, en réalité, apolitique, cet attentat mit les républicains dans le collimateur de la royauté qui édicta une série de lois répressives dont l'impact va perdurer plusieurs années.
Pendant ce temps Lacenaire poursuit son chemin d'escroc et de criminel. Ce garçon, issu du milieu bourgeois lyonnais, ponctua sa courte vie d'escroqueries, de malversations et de meurtres. Arrêté de nombreuses fois sous des identités différentes, il finit par être reconnu coupable du crime sordide du passage de Cheval-Rouge. Il transforme son procès en tribune théâtrale et ses paroles, ses écrits sont largement repris dans la presse.
C'est à la Conciergerie qu'il entreprend la rédaction de ses mémoires. Celles-ci furent corrigées par le pouvoir en place avant d'être éditées. Paradoxalement, il doit cette possibilité au roi lui-même qui décida d'autoriser les prisonniers à avoir, s'ils le voulaient, plumes et encre.

Avec ces personnages authentiques, Michaël Mention développe une intrigue tout à fait en cohérence avec l'époque, les allées du pouvoir, les milieux policier et ouvrier. Il décrit la situation sociale qui règne, le travail des enfants, l'industrialisation qui s'installe tout en entretenant une tension qui va croissant. Son style narratif, son écriture précise, imagée, donnent à son récit les couleurs d'un essai historique tout en privilégiant une histoire policière à l'intrigue menée avec brio.
La Voix secrète se lit avec beaucoup d'intérêt pour découvrir ou redécouvrir ce personnage atypique, ainsi que le climat d'une époque qui ne suscite guère l'attention des historiens et reste presque oubliée.

Citation

Alors, je résolus de devenir le fléau de l'humanité pour réaliser ma grande idée, celle que je lègue à tous mes frères abreuvés d'injustices : le suicide par la guillotine.

Rédacteur: Serge Perraud lundi 16 janvier 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page