Un homme dans l'ombre

Dix-sept jours qu'il neigeait. Les corbeaux, posés épars sur les branches dénudées, courbaient l'échine. De temps à autre, l'un d'eux ouvrait grand ses ailes, s'ébrouait pour se décharger du fardeau blanc, puis, sagement, reprenait sa position initiale.
Stéphane Jolibert - Dedans ce sont les loups
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

1994
Il est très symbolique que le troisième roman d'Adlène Meddi s'ouvre et se clôture par une scène ...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 13 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Un homme dans l'ombre

Enlèvement - Tueur à gages - Secte MAJ mardi 03 janvier 2017

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 8 €

Fabrice Balester
Plombières-les-Bains : Ex æquo, novembre 2016
66 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35962-891-3
Coll. "Rouge"

Morceaux de thriller en vrac

Voici un roman relativement étrange. Lorsque l'on porte l'étiquette "Thriller", on s'attend généralement à un pavé, à des rebondissements incessants, des descriptions de mouvements sociaux politiques ou géostratégiques. Ici, il y aura bien un tueur, appointé par son gouvernement pour nettoyer les affaires sombres du régime, mais l'intrigue se limitera à cela.
Le personnage central, Sandro, a été l'un des assassins du pouvoir les plus efficaces, mais lors de sa dernière intervention, il a dû se débarrasser d'un témoin inopportun et du coup son étoile a pâli. Des années ont passé, mais il est quand même contacté pour une nouvelle mission : la fille du premier ministre est tombée entre les griffes d'un réseau qui mélange prostitution et secte. Il ne s'agit que d'exfiltrer la jeune femme gardée prisonnière dans une splendide villa. Tandis que se déroule facilement cette mission, quelqu'un observe le tueur...
Fabrice Balester a écrit un récit court qui ne s'attarde pas sur la carrière de son personnage, ou sur la description de ses missions, mais qui cherche à dresser une vision puzzle, un mélange kaléidoscopique alternant la mission du tueur, son passé, des réflexions et des pensées de la personne qui le surveille, des allers retours sur ce qui a été le passé de l'un ou de l'autre. Le tout est laissé dans un désordre savamment orchestré, certains pièces du puzzle semblant manquantes. Du coup, le tout laisse une sensation d'inachevé, le lecteur a du mal à prendre en affection ou en sympathie les personnages ou une intrigue qui reste à la surface des choses et ne peut peut-être pas convaincre en un nombre si limité de pages. Le traitement stylistique - rapidité, non-dit, cassure de rythme, petites vignettes juxtaposées qui jouent avec les règles du genre - est intéressant mais en délaissant l'histoire et les personnages, il n'est qu'une belle mécanique qui laisse le lecteur sur sa faim, un lecteur qui sent qu'il aurait pu être conquis avec un "quelque chose" de plus. Un peu comme lorsque vous entendez parler d'un livre génial ou d'un film novateur et que après votre vision ou lecture, vous ne sentez pas totalement l'enthousiasme qui a poussé les autres .

Citation

Quelques heures plus tard, la police investira les lieux, ficelant tous les protagonistes restants, comme des saucissons, puis leur fourgon repartira toutes hurlantes dans la nuit noire !

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 03 janvier 2017
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page