Les Disparus du phare

Ce à quoi je crois ? Ça vous intéresse ? En un tas de choses... Un bon cheval, un bon bifteck, des rognons en sauce... En un certain George Brown, à la stupidité de cette guerre... Je crois qu'il faut être soûl pour être courageux et courageux pour être soûl. Je crois à la beauté de l'océan, à la saveur du vin, à l'attirance des femmes, à l'indicible joie de tuer des ennemis, à l'odeur de l'encens et du bacon, à la vigueur d'une poing, à des vieilles savates, aux maux de dents...
John Ford - La Patrouille perdue
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

La Frontière
Depuis les années 1970, l'Amérique mène la guerre contre la drogue. Elle l'a perdue et elle le sa...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mardi 12 novembre

Contenu

Roman - Thriller

Les Disparus du phare

Psychologique - Huis-clos - Énigme MAJ lundi 12 décembre 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 22,5 €

Peter May
Coffin Road - 2016
Traduit de l'anglais (Écosse) par Jean-René Dastugue
Rodez : Le Rouergue, juin 2016
314 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-8126-1064-6
Coll. "Noir"

Avis de tempête

Sur une plage de l'île de Harris en Écosse, un homme vient de s'échouer. Portant un gilet de sauvetage, transi de froid, il a été rejeté par les vagues d'une mer démontée. Miraculé d'un naufrage certes, mais amnésique. Où est-il ? Qui est-il ? Il ne se souvient de rien, ni de son prénom, ni de ce qu'il fait dans la vie. Seule une sensation évanescente que quelque chose de terrible s'est produit.
C'est avec ce postulat de départ que Peter May – auteur écossais à succès et prolifique scénariste pour la télévision -, nous entraîne dans une folle chevauchée à la recherche de la vérité. Une course contre la montre s'engage, une course contre lui-même et contre une entité bien plus grande qu'il ne le soupçonne. Nous sombrons dans la paranoïa du protagoniste en quête de son identité et partageons avec lui ce sentiment d'urgence à retrouver la mémoire. Et c'est là que réside le talent de Peter May. Il parvient à nous faire ressentir de la sympathie pour un personnage dont on ne sait rien et qui, jusqu'à preuve du contraire, pourrait être un dangereux psychopathe !
Un roman palpitant mené de main de maître, une ode à la nature avec le bruit des vagues, le chaos de la tempête, et les embruns sur le visage...

Citation

Je suis une île perdue au milieu d'eux. Un îlot de confusion, solitaire et silencieux, dans leur océan de certitude.

Rédacteur: La Rédaction lundi 12 décembre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page