L'Enfer est au bout de la nuit

Comment puis-je savoir que vous n'êtes pas un homme de main ?
Charles Burmeister - Columbus Day
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 26 septembre

Contenu

Roman - Noir

L'Enfer est au bout de la nuit

Gang - Urbain MAJ lundi 31 octobre 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 19 €

Malcom Mackay
Every Night I Dream Of Hell - 2016
Traduit de l'anglais (Écosse) par Fanchita Gonzalez Batlle
Paris : Liana Levi, mars 2016
302 p. ; 21 x 14 cm
ISBN 978-2-86746-814-8
Coll. "Policier"

De la passation de pouvoir en milieu criminel

Dans une entreprise traditionnelle, hormis grave accident, lorsque le patron s'en va en retraite, il passe ses derniers mois à préparer sa succession afin que les choses se passent le mieux possible. Il y a sans doute des grincements de dents, voire des manœuvres en coulisse, et les échos des magazines se sont parfois l'écho de ses luttes feutrées qui se déroulent dans les coulisses. Mais lorsqu'un parrain de Glasgow se trouve incarcéré et qu'il doit gérer les affaires depuis sa prison, les choses sont plus compliquées car les prétendants sont nombreux et les coups fourrés se multiplient. Nate Colgan est un membre de l'organisation mais il est resté en retrait depuis l'incarcération de Jamieson. Il doit préserver la paix entre les différentes factions et être l'œil de son patron. Lorsqu'un truand anglais débarque et prétend tailler des croupières à l'empire, ce même Nate Colgan doit enquêter et se retrouve vite bien embêté car il comprend que derrière cette invasion, il y a Zara Cope, une femme à laquelle il a été très attaché et la mère de sa fille. Mais il se doute bien que Zara travaille pour un des seigneurs de la ville qui entend se débarrasser des autres prétendants. Mais qui est-ce et à qui faire confiance ?
Ponctué de quelques moments de bravoure - deux tabassages en règle pour obtenir quelques informations, comment tuer quelqu'un et s'en débarrasser -, ce nouveau roman de Malcom Mackay est surtout basé sur deux lignes directrices qui se complètent. D'une part, la façon dont Nate Colgan doit gérer la situation, coincé entre ses fidélités, les angoisses, la paranoïa et ses relations anciennes avec son amoureuse. D'autre part, les luttes de pouvoir et les chausse-trappes que chaque prétendant met en place pour tenter de s'approprier le pouvoir au détriment de ses collègues. Dès le départ, l'on comprend que la bande venue semer la perturbation et essayer d'avoir sa part du gâteau n'est qu'une bande de pions sacrifiables pour des intérêts supérieurs, mais l'ensemble du roman restitue avec justesse les atermoiements du héros, ses doutes, la façon dont la réflexion est faussée par des plans machiavéliques cachés au milieu de plans tordus.
Dans la lignée de la trilogie précédente de l'auteur, centré autour de la même ville et de certaines de ses figures criminelles, L'Enfer est au bout de la nuit continue à raconter, avec noirceur, dans un style qui s'appuie sur le réalisme des situations, une œuvre intéressante et sait décrire, de l'intérieur, les rouages d'une organisation criminelle.

Citation

Vous terrorisez les gens. Vous leur avez donné de bonnes raisons de vous craindre. Nous apprécions cela à sa juste valeur.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 31 octobre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page