Mimsy Pocket et les enfants sans nom

Les flics avaient mis la main sur Boa. Ils n'allaient sûrement pas parler de la pluie et du beau temps avec lui.
Janis Otsiémi - African Tabloid
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Sang chaud
Voilà un étonnant roman de gangsters à la sauce coréenne. L'action se déroule à Guam, un quartier por...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

jeudi 20 février

Contenu

Roman - Noir

Mimsy Pocket et les enfants sans nom

Fantastique - Enlèvement - Complot - Trahison MAJ mardi 27 septembre 2016

Note accordée au livre: 4 sur 5

Poche
Réédition

À partir de 11 ans

Prix: 7,3 €

Jean-Philippe Arrou-Vignod
Paris : Gallimard jeunesse, mars 2016
356 p. ; illustrations en noir & blanc ; 18 x 13 cm
ISBN 978-2-07-058253-2
Coll. "Folio junior"

Au-delà des apparences

Mimsy Pocket, jeune sauvageonne des bas-fonds de la capitale du grand duché de Sillyrie – peut-être cette fantastique contrée vous rappelle-t-elle les aventures de Magnus Million, dans laquelle elle avait aussi joué un rôle important – tombe un jour dans un maléfique guet-apens. Si son expérience de petite chapardeuse lui permet de se tirer des griffes des redoutables hommes-loups, ce n'est pas le cas de nombreux enfants pauvres de la ville, qui disparaissent régulièrement dans l'indifférence générale. Mais lorsqu'elle découvre que ses amis, ceux avec lesquels elle partage un taudis qu'ils appellent maison, ont été enlevés également, elle se laisse capturer à son tour – à moins que ce ne soit les hommes-loups qui finissent par l'attraper. Maltraités, les enfants entreprennent alors avec leurs geôliers un voyage vers une destination inconnue ; leur solidarité leur permettra-t-elle de se tirer de ce mauvais pas ? Tout près de là, dans les beaux quartiers de la capitale, Magnus Million est également confronté à de drôles d'événements. Son oncle, ministre du jeune souverain, le Prince Nikklas, lui a demandé d'accompagner ce dernier lors d'une mission diplomatique visant à obtenir un accord de paix de leur grand et belliqueux voisin. Alors que le succès semble au rendez-vous, une machiavélique machination se met en marche, conduisant Magnus a trouver refuge chez un peuple nomade redouté de tous les habitants du royaume, peuple qui se montrera cependant chaleureux et accueillant, et au sein duquel le jeune garçon apprendra beaucoup sur lui et sur les hommes. Des enseignements qui lui permettront peut-être de voler au secours du pays et de ses habitants, exposés à un danger qu'ils ne soupçonnent pas une seconde.
Vous l'aurez compris, Jean-Philippe Arrou-Vignod déroule une intrigue dense, complexe mais passionnante qui nous emmène tour à tour sur les traces de Mimsy et de Magnus. Les deux jeunes gens, amis depuis peu, tiennent cependant beaucoup l'un à l'autre. Un attachement qui les conduira à se dépasser pour se secourir et se soutenir envers et contre tout. Si Mimsy le sait bien, Magnus et le lecteur découvrent petit à petit que les apparences sont trompeuses, que les mauvais ont souvent l'avantage sur les bons, que la pauvreté condamne à l'indifférence. Quant à Mimsy, elle réalise pour sa part que tout n'est pas toujours aussi simple qu'on peut le soupçonner, et que l'amour d'une famille, qu'elle soit biologique ou d'adoption, peut se révéler nécessaire à l'enfant sauvage qu'elle revendique pourtant être. Sur fond de rapts d'enfants et de haute trahison, l'auteur fait passer ces messages importants et forts, admirablement inclus dans un roman d'aventures qui nous tient en haleine de la première à la dernière page. Et si le tourbillon d'actions dans lequel nous plongeons avec ravissement se révèle passionnant, on ne peut non plus nier que ce texte a des airs de roman d'initiation savamment ancré dans un univers fantastique formidablement dépeint. Mimsy Pocket et les enfants sans nom est donc une initiation parfaite au monde de la fantasy urbaine, dense, intelligent et très bien écrit - un coup de cœur aussi en ce qui me concerne.

Citation

Mais c'est l'inconvénient d'avoir eu des amis à un moment de sa vie. Quand ils vous font défaut, vous vous sentez soudain abandonnée, désemparée comme si l'ont vous avait trahie. Elle n'avait plus qu'à rejoindre son monde où les lois étaient simples : survivre comme l'on peut, sans rien attendre de personne.

Rédacteur: Catherine Thiéry mardi 27 septembre 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page