La Rose oubliée

Pas besoin de longs calculs : ce type avait beau avoir des vêtements et une voix à la Oscar Wilde, c'était Hulk habillé par Savile Row. Des années de '9-3' lui avaient enseigné à vite repérer le genre d'individus qu'on n'attaque qu'en bande.
David Emton - Le Dernier déluge
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

La Rose oubliée

Social - Vengeance - Trafic MAJ lundi 09 mai 2016

Note accordée au livre: 3 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20 €

Alexandre Geoffroy
Plombières-les-Bains : Ex æquo, mars 2016
256 p. ; 22 x 14 cm
ISBN 978-2-35962-811-1
Coll. "Rouge"

Vengeance au goût amer

Ce deuxième roman d'Alexandre Geoffroy a un titre qui rappelle fortement le premier, sans doute parce que la thématique en est très proche. Ici, comme dans Les Roses volées il sera question de pédophilie, de notables qui pratiquent leurs vices en toute impunité, ou presque, et de vengeance. Tout commence avec Mélanie, kidnappée, séquestrée et devenue l'esclave sexuelle de notables. En essayant de s'échapper, elle est laissée pour morte, mais elle parvient malgré tout à s'en sortir. Des années plus tard, elle décide de se venger et retrouve celui qui se trouvait à la tête d'un réseau pédophile. Mais alors qu'elle tente de le tuer, elle découvre que ce dernier vient de subir une opération de chirurgie esthétique qui lui a fait perdre la mémoire. Surtout il a retrouvé une conscience morale et accepte de l'aider à se venger des membres du réseau.
L'auteur continue dans une histoire à forte tonalité noire et tragique, ce qui pourrait apparaître comme très logique. Le thème de la vengeance fait que les personnages sont souvent obnubilés par leurs désirs, et qu'ils ne s'aperçoivent pas forcément qu'ils passent à côté de choses plus gaies. Mais, après tout, ce tragique est déjà présent chez Corneille, Racine ou Shakespeare, n'est-ce pas ?, et chez eux aussi on se dit parfois que si Hamlet avait plus écouté son cœur et sa passion amoureuse, Ophélie ne serait pas allé se noyer ! Ceci dit sans aucune comparaison possible car après tout on compare ce qui est comparable, n'en déplaise à Alexandre Geoffroy qui, soyons-en certain ne s'en offusquera pas. Mais, ce n'est pas parce que l'on marche dans les traces de son premier roman, que l'on creuse son sillon, que l'on n'est pas capable d'évoluer. Avec La Rose oubliée, Alexandre Geoffroy construit une intrigue à tiroirs, faite de flashbacks, de décalages sur des personnages secondaires (les parents de Mélanie, un vieux paysan qui la recueille quand elle fuit les pédophiles, un homme paumé qui devient l'homme à tout faire du réseau), créant ainsi du dynamisme et de la tension. Du coup, l'aspect vengeance apparaît plus intéressant qu'une simple chevauchée à la Dirty Harry pour se concentrer sur la relation entre le pédophile amnésique horrifié par sa vie passée et une victime qui croit que la vengeance pourrait nettoyer son passé et lui offrir une nouvelle vie. Gageons que dans un futur roman les roses seront retrouvées...

Citation

Un lointain voisin a fini par apercevoir le feu d'artifice, et a prévenu les pompiers ou la Police. Ils arrivent. La cavalerie arrive. Se relever et fuir au plus vite.

Rédacteur: Laurent Greusard lundi 09 mai 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page