Pretty Girls

Un adulte projetait sur le temps, sur le futur. Un adulte savait qu'après le temps de peine il y avait un avenir quel qu'il soit puisqu'il y avait eu un passé quel qu'il fût. Un adulte possédait cette mémoire-là juste du fait d'avoir une mémoire bien pleine de passé et de souvenirs. Un adulte pouvait distiller un souvenir par jour de peine, par nuit de mur.
Abdel-Hafed Benotman - Garde à vie
Couverture du livre coup de coeur

Coup de coeur

Dégradation
Le titre français de ce roman de Benjamin Myers évoque l'idée d'un univers qui va vers sa dispari...
... En savoir plus

Identifiez-vous

Inscription
Mot de passe perdu ?

mercredi 19 septembre

Contenu

Roman - Thriller

Pretty Girls

Social - Enlèvement MAJ mardi 19 avril 2016

Note accordée au livre: 2 sur 5

Grand format
Inédit

Tout public

Prix: 20,9 €

Karin Slaughter
Pretty Girls - 2015
Traduit de l'anglais (États-Unis) par François Rosso
Paris : Mosaïc, février 2016
528 p. ; 23 x 14 cm
ISBN 978-2-280-34284-1

Massacre rose

Pretty Girls pourrait s'apparenter à un conte d'enfants : il était une fois trois sœurs qui vivaient dans une jolie maison avec de gentils parents. Mais le sort est cruel car Julia, la première sœur, a disparu depuis vingt ans, enlevée à l'âge de seize ans par on en sait qui, la deuxième, Lydia, s'est tournée vers la drogue et la troisième, Claire, a épousé un jeune architecte qui la comble de cadeaux. Du coup, les deux survivantes se détestent et refusent de se voir depuis des années. L'idée du conte se poursuit puisque Claire est une jeune fille sage qui devient une princesse aimée d'un gentil prince. Mais en tentant de la sauver d'un méchant voleur, le prince meurt et Claire se retrouve avec une grande maison, des amis bien encombrants et des policiers qui fouillent autour de sa vie. Tout le monde a l'air d'avoir envie de retrouver des documents qui appartiennent à son mari. Certains la menacent, d'autres essaient de la consoler, d'autres enfin cambriolent sa demeure. Mais comme les femmes de Barbe-Bleue, Claire veut en savoir plus et découvre que son prince charmant a caché de bien vilains secrets, que bien d'autres personnes cachent elles aussi de sombres pensées, et cela depuis de bien nombreuses années. Pour en savoir plus, Claire va devoir renouer avec sa sœur Lydia...
L'avantage du roman de Karin Slaughter, c'est qu'il avance grâce au suspense et aux rebondissements mis en place avec professionnalisme. Son héroïne est une vraie oie blanche et elle met des heures à comprendre ce qu'un lecteur lambda aurait saisi en quelques secondes (notamment sur les responsabilités de chacun dans cette suite de crimes). Il faut dire que les éditions Mosaïc sont une excroissance d'Harlequin. C'est ici une tentative de renouvellement louable en présentant des personnages glauques, des scènes horribles mixées avec des personnages un peu fleur bleue qui ont quelques problèmes de cœur. L'auteur se permet même d'insérer une lettre du père à sa fille disparue qui accroît encore le côté sentimental. Mais le roman est extrêmement tenu, de facture très classique, sans trop jouer sur le pathos, et arrive même à ménager du suspense lorsque les deux sœurs se trouvent face à de bien méchantes personnes. Pretty Girls est cependant un roman bien trop long, qui perd un peu en étant trop centré sur ses deux protagonistes féminins, et qui est un peu cousu de fil blanc. L'ensemble se laisse lire sans déplaisir et s'abandonne tout autant.

Citation

Les dégâts provoqués par les coups de pied et les coups de poing. Voilà ce qui arrivait à un être humain quand il partait à l'aventure dans un monde qui ne l'aimait pas, ne le chérissait pas, ne voulait même pas qu'il rentre chez lui.

Rédacteur: Laurent Greusard mardi 19 avril 2016
partager : Publier dans Facebook ! | Publier dans
MySpace ! |

Pied de page